Madagascar s’est qualifiée pour les quarts de finale de la CAN 2019 aux tirs au but face à la RDC. La Grande île jouera sa prochaine rencontre face à la Tunisie le jeudi 11 juillet au Caire. Et les Barea pourront compter sur Ibrahim Amada, auteur d’un but face aux Congolais et qui vit un vrai rêve en Egypte.

Il faut parfois remonter le temps pour se rendre compte du travail accompli. Il y a plusieurs semaines, à Lisses , en région parisienne, Ibrahim Amada s’entraînait sous une pluie diluvienne, dans l’espoir de briller en Egypte.

« Vous allez voir, il est très fort », disait à voix haute son coéquipier Jérôme Mombris au moment où l’intéressé, qui revenait d’une blessure, passait près de nous. Mais le joueur du Mouloudia d’Alger, humble et discret, ne relevait pas les propos du défenseur de Grenoble. Juste un sourire de circonstance.

« Il mérite que l’on s’intéresse à lui »

Depuis, Ibrahim Amada a fait mouche et est passé du rêve à la réalité. Le voilà désormais en quarts de finale de la CAN en Egypte avec au passage un des plus beau but de la compétition face à la RDC. Toujours souriant et disponible, l’ancien joueur de la JS Kabylie a toujours cru en sa bonne étoile.

« Il mérite que l’on s’intéresse à lui », assure son coach Nicolas Dupuis. Ibrahim Amada est désormais libre et espère jouer en Europe, lui qui a fait pratiquement toute sa carrière sur le sol algérien, avec une participation à la Ligue des champions d’Afrique et à la Coupe de la confédération avec l’ES Sétif et le Mouloudia Alger. « Marquer en Coupe d’Afrique c’est beaucoup d’émotion, nous disait Ibrahim Amada après la qualification en quarts de finale. Je rentre sur le terrain pour ça. J’espère qu’il y aura d’autres buts. Le football, c’est aussi l’envie. »

« Notre force c’est le collectif »

Né sur la Grande île, à Antananarivo, Ibrahim Amada se disait « excité » et « impatient » d’être dans le grand bain du football africain. « C’est un évènement historique pour nous et tout le peuple malgache est derrière nous », avançait celui qui avait connu la sélection en 2008. « On arrivait même pas à passer le cap des barrages. Nicolas Dupuis a fait un travail incroyable en construisant cette équipe », détaillait à Lisses Ibrahim Amada qui avait même mis sa carrière internationale entre parenthèses durant quelques années.

« Aujourd’hui à Madagascar, il y a de bons joueurs, mais notre force c’est le collectif. On aime vivre ensemble et il y a du respect », relatait aussi le champion d’Algérie en 2017 avec l’ES Sétif. Durant le premier tour et jusqu’à ces quarts de finale, lui et ses coéquipiers l’ont prouvé.

Pas de figuration

« On joue au football pour titiller les meilleurs, narrait-il avant d’arriver au pays des Pharaons. C’est important de jouer face aux meilleurs. Si on part là-bas ce n’est pas pour faire de la figuration ». Pour le moment, les Malgaches ont réussi là où l’Égypte, le Maroc, la RDC ou le Cameroun ont échoué.

Ibrahim Amada imaginait-il réellement qu’il serait en quarts de finale après avoir inscrit un but magnifique en huitièmes ? Il est en tout cas bien loin  de faire de la figuration. Et si la belle histoire de Madagascar et d’Ibrahim Amada s’arrête en quarts de finale, elle aura définitivement marqué de son empreinte cette CAN 2019 en Egypte.