Amine Harit est définitivement de retour après l’excellent début de saison qu’il réalise avec Schalke 04. L’international marocain a de nouveau été décisif en offrant la victoire à son équie vendredi soir contre Mayence (2-1).
Après le doublé de la semaine dernière contre Paderborn, Amine Harit s’est illustré ce vendredi d’un joli extérieur du droit à la 89e minute. Un geste de classe, typique d’un joueur en pleine confiance après ses multiples tires et sa passe décisive pour Serdar en première période.

Le drame de l’été 2018 fait désormais du passé et le jeune papa, Amine Harit semble avoir fait la paix avec lui-même et trouvé une certaine stabilité à l’origine de sa résurrection réjouissante.
En juin dernier, Amine Harit avait promis un changement de comportement avec l’arrivée de son bébé. « J’ai eu un déclic quand j’ai su que j’allais être papa. Dans le foot, tu peux faire des conneries mais avec un enfant, tu n’as pas le droit à l’erreur. J’ai compris qu’il fallait que je change mes habitudes. »

Amine Harit, la résurrection

Aujourd’hui, le Lion de l’Atlas est plus que jamais concentré sur son travail et sa petite famille. Un équilibre retrouvé qui se traduit par d’excellents résultats sur le terrain.

« En fin de compte, nous pouvons remercier Amine », a déclaré le défenseur Benjamin Stambouli à l’issue du match d’ouverture de la cinquième journée de Bundesliga. Même l’adversaire a fait l’éloge; l’entraîneur du Mainz FSV, Sandro Schwarz a déclaré avoir perdu la partie à cause d’une performance individuelle exceptionnelle de Harit. « C’est agaçant… » dit-il.

« La seconde mi-temps n’a pas été bonne pendant 40 minutes, nous étions en possession du ballon et très défectueux. Globalement, ce n’était pas un bon match pour nous,» a critiqué l’entraîneur de Schalke, David Wagner. « Ce n’est que dans les cinq dernières minutes que nous avons retrouvé beaucoup d’énergie dans le stade. J’ai senti la volonté de gagner ce match – et c’est ce qu’Amine Harit a fait avec ce geste brillant. »

Ce que Amine Harit en pense

« C’était un excellent but mais il faut aussi avoir de la chance, » a admis Amine Harit après le match. Et d’ajouter que sa fille, Alijah et son entraîneur Wagner y sont pour beaucoup dans sa résurrection. « Il me donne beaucoup de confiance, » dit-il de son coach. « Et quand tu as un bébé, tu as plus de responsabilités. Cela change la vue… Maintenant, je suis libre dans la tête, concentré et je travaille beaucoup. C’est la récompense. »