Dans une interview accordée à Radio Raja, Badr Benoun, défenseur central et capitaine des Verts, est revenu sur sa relation avec l’ancien sélectionneur national, Hervé Renard, et sur son éviction de la Coupe du Monde 2018 à quelques jours du début de la compétition. « J’étais sur la liste finale pour la Coupe du monde, nous sommes allés en Suisse et tout allait pour le mieux, je m’entraînais convenablement », raconte Benoun. « A un moment, le sélectionneur (Hervé Renard) a dû enlever trois joueurs réservistes de la liste. Personne ne s’attendait à ce que Benoun en soit retiré. Ni les joueurs du Raja, ni les supporters marocains, personne. Je me rendais à ma chambre après l’entraînement quand j’ai été appelé par le coach qui m’a appris que je n’irais pas en Russie », a poursuivi le joueur sur un ton amer. « J’ai demandé des explications et il m’a dit: « tu sais que Dirar est trop juste, je dois mettre Amrabat en arrière droit et il me faudra un attaquant donc je vais prendre En-nesyri ». Je lui ai répondu que je n’avais rien à lui dire et que je devais renter au Maroc au plus vite. Ci dessous entretien de Badr Benoun 

« Si Dirar est forfait, je t’appelle en premier », m’a lancé Renard et je lui ai répondu: « pas la peine ». J’étais très déçu et ça m’a fait beaucoup de peine. Le foot, c’est ça, c’est du copinage », lance-t-il ensuite. Il fait ensuite une révélation: « lorsque la CAN 2019 est arrivée, je lui ai rendu la monnaie. Il m’a contacté par Whatsapp pour me dire: « Badr, Da Costa s’est blessé, nous voulons que tu nous rejoignes », je lui ai répondu que je passais mes vacances avec ma femme et mes enfants. Achraf Dari (Wydad) a alors été contacté ». Capitaine de l’équipe nationale des joueurs locaux, Benoun sera à Blida (Algérie) samedi pour y affronter les Fennecs A’ dans le cadre des éliminatoires du CHAN 2020.