Vahid Halilhodzic: La chicha, la Playstation, je vais interdire tout ça

Les méthodes de « Coach Vahid » ont été couronnées de succès par le passé, mais elles ont aussi fait des étincelles. Qu’importe, à 67 ans, l’entraîneur reste droit dans ses bottes. Les internationaux marocains ne pourront pas se permettre quelques plaisirs. « On va effacer certaines choses. La chicha, la Playstation, je vais interdire tout ça », a-t-il prévenu.

Halilhodzic et la célèbre console de Sony, c’est une vieille histoire conflictuelle… En 2003, appelé pour sauver le Stade Rennais de la relégation, le Bosnien avait exclu deux joueurs, Lamine Diatta et Anthony Réveillère, qu’il avait surpris à jouer à la Playstation (sans doute la PS2) jusqu’à une heure tardive avant un match décisif contre Strasbourg. « Le club est en situation délicate, il se bat pour survivre, et tu trouves à minuit et demi des joueurs qui jouent à la Playstation dans leur chambre! (…) C’est une trahison du groupe. Je les ai renvoyés chez eux, alors qu’ils étaient les deux meilleurs joueurs défensifs. On a gagné quand même », a-t-il raconté à Libération à l’époque. »Des attaquants qui ont marqué 2, 3 buts par saison… Ce n’est pas ça, le talent »
Avant de se confronter aux Burkinabè, « Coach Vahid » s’est plié à la traditionnelle conférence de presse. Et le technicien n’a pas changé: il n’est pas là pour faire des cadeaux à ses joueurs. « Je ne supplierai personne pour jouer avec les Lions. Et puis, si un joueur ne joue pas ailleurs, il ne peut pas prétendre à jouer en équipe nationale », a-t-il prévenu.

Double meilleur buteur de D1 (ancêtre de la L1) en 1983 et 1985, Vahid Halilhodzic sait ce qu’est un attaquant prolifique. Et justement, le sélectionneur veut de l’efficacité dans le secteur offensif. Tant pis si cela froisse ses joueurs actuels ou ceux passés récemment: « J’ai regardé les matchs de la CAN et du Mondial deux fois, et je sais pourquoi ils ne marquent pas. Il faut de la vitesse dans le jeu, faire des appels, avoir une condition physique exceptionnelle. J’insiste sur ce dernier point. On me parle de talent, mais je découvre qu’il y a des attaquants qui ont marqué 2, 3 buts par saison. Ce n’est pas ça, le talent. » Vlan.