Hervé Renard explique les raisons de la défaite

Le sélectionneur national Hervé Renard s’est livré en conférence de presse après le match amical Maroc-Gambie (0-1), ce soir au Grand stade de Marrakech.

« On est jamais satisfait quand on manque d’inspiration et de fraîcheur physique », analyse d’abord le technicien français. « 2 ou 3 (joueurs) étaient en jambes mais c’est peu sur 22 », poursuit-il. « Quand on manque de tout l’adversaire vous surprend. C’est bien de se faire remonter les bretelles de temps en temps mais soyons attentifs et plus concentrés », conclut-il à ce sujet.

« Je vais vous raconter une anecdote. En 2012, je passais sous la tribune pour rentrer aux vestiaires et un Zambien m’a insulté « vous êtes venu manger nos impôts » et un mois plus tard il dansait sur la table », déclare-t-il ensuite au sujet des réactions que cette défaite pourrait entraîner.

« Chaque fois que l’on prépare une Coupe d’Afrique des Nations avec Patrice Beaumelle, les préparations sont difficiles et on ne gagne pas de matchs », justifie-t-il avant de poursuivre ainsi « ce sera ma 6e Coupe d’Afrique et je fais toujours deux matchs amicaux. Je ne sais pas si c’est de la superstition ».

« Je suis incapable de vous dire le 11 de départ sur lequel je compterai le 23 juin contre la Namibie », poursuit-il. Il a ensuite salué Abdelkarim Baadi (HUSA) qui a remplacé Manuel Da Costa car « il a ressenti une gêne aux ischios et vu son âge (33 ans, NDLR) il a préféré être prudent ». 

« Je garderais toujours une partie de mon cœur en Zambie parce que nous avons vécu une aventure exceptionnelle en quatre ans. Je suis content de jouer contre eux mais concentré sur notre préparation pour la CAN égyptienne », déclare-il ensuite au sujet du prochain adversaire des Lions en amical (le dimanche 16 juin dans ce même Grand stade de Marrakech).

« Pour aller gagner quelque chose il faut être tous ensemble. Si on a la chance, le talent et l’envie de réaliser notre objectif, l’ambition viendra au fur et à mesure. Je fais toujours preuve d’humilité. Sinon on est sanctionnés », conclut le sélectionneur du Maroc.