Cheick Ibrahima Comara : Je rêve de gagner ce trophée

Cheick Ibrahima Comara, défenseur central du Wydad, dévoile son ressenti avant la finale aller de Ligue des Champions qui oppose les Rouges à l’Espérance de Tunis, vendredi à 22 heures.

{module 499}
L’international ivoirien évoque aussi la CAN 2019 et son avenir en club, dans une interview accordé au média Sport-Ivoire.ci.
Doit-on s’attendre à une rivalité féroce entre ces deux pays du Maghreb d’autant que cela dépend moins de vous que du public très souvent chauvin et trop bouillant des deux pays ?
Cheick Comara : Il ne faut pas se faire peur. C’est juste une rivalité sportive. Il n’y a pas à se mettre à l’esprit des choses. Les supporters les plus chauds et joviaux sont du côté du Maroc. J’ai une seule chose en tête. Celle de gagner cette Ligue des champions pour moi-même, pour le Wac et pour l’ivoirien que je suis…Est-ce le match le plus important de votre carrière ?
Cheick Comara : Pour moi, oui ! Je rêve de gagner ce trophée. Ce sera pour la première fois dans ma carrière. C’était un rêve d’enfant. J’ai aujourd’hui l’occasion de tout donner dans ce match et arriver à réaliser mon rêve. Ce sera mon match…
Que redoutez-vous le plus dans cette confrontation ?
Cheick Comara : Je n’ai pas de crainte ou à avoir peur. Je peux simplement dire que l’Esperance à une grande expérience de la haute compétition. Nous savons qu’ils vont chercher à mieux gérer le match aller, vu que ce sera à Casablanca, loin de leurs bases. Et ensuite, aller jouer leur va-tout à domicile.
Quels sont les joueurs ou compartiments à craindre ?
Cheick Comara : Eux, ils sont forts dans la gestion des matchs. Très souvent, ils sont calculateurs. J’ai suivi l’ensemble de leurs matchs de poules et des quarts de finale, j’ai pu constater que c’est une bonne équipe de championnat. Ils savent glaner des points et des buts. Nous sommes conscients de ce fait. Sauf que cette fois-ci, ils ne pourront pas (Rire).
Quels sont les avantages que retrouvez-vous dans votre carrière en étant dans le football Maghrébin ?
Cheick Comara : Il y a vraiment beaucoup d’avantage. A mes débuts, c’était un peu compliqué pour le fait que c’est un peu différent du pays. Finalement, je me suis adapté et totalement intégré. J’ai eu plus de facilité par la suite parce que le club met les moyens par rapport aux objectifs à atteindre. Je pense même que le niveau du football pratiqué dans cette zone de l’Afrique est un cran au-dessus des autres. Il n’y a qu’à constater cela avec les origines des clubs qui jouent les finales de la Ligue des champions et de la coupe de la Confédération. Nous avons deux équipes (Berkane et Wac) du Maroc dans les deux finales, et un de la Tunisie
(Esperance de Tunis) et un autre de l’Egypte (Zamalek). Cette partie de l’Afrique domine le football continental et particulièrement, le Maroc.
Jouer avec les Eléphants de la Côte d’Ivoire, vous intéresse ?
Cheick Comara : Absolument ! C’est l’une de mes priorités. Je me donne à fond dans mon club pour espérer aussi être appelé en sélection. Mais, tout dépend de l’entraîneur national. C’est lui qui fait ses choix. Pour l’instant, je continue de me battre et travailler pour faire partir de la liste. Si je suis choisi, tant mieux. Si ce n’est pas le cas, je vais continuer à travailler pour être à niveau.
Quels sont vos pronostics pour la Can 2019, en Egypte ?
Cheick Comara : Je suis partagé entre le Maroc et la Côte d’Ivoire (Rire). Pour être plus sérieux, le Maroc est une très bonne équipe. Mais, la Côte d’Ivoire va tout mettre en œuvre pour essayer d’aller le plus loin possible et chercher à remporter le trophée.
Avez-vous des envies d’ailleurs c’est-à-dire continuer par exemple vos carrières dans un championnat européen ?
Cheick Comara: Oui, c’est primordial pour moi. Aller découvrir d’autres championnats et plus particulièrement en Europe. Je suis sur la voie. Après la Côte d’Ivoire, je suis aujourd’hui au Maroc. Cela pourrait être une continuité. Je pense retomber en Europe. Continuer à monter mon talent.
Qui sera le champion d’Europe, le 1er Juin entre Liverpool et Tottenham ?
Cheick Comara : Je vois Liverpool gagner. Peut-être sur un petit score de 1-0. Toutes mes excuses à Serge Aurier (Rire). Je suis aussi obligé de le soutenir donc, je voudrais bien qu’il gagne. C’est possible pour lui et Tottenham, même si en face il y aura d’autres africains tels que Mohamed Salah, Sadio Mané, Naby Keita… Si notre compatriote remporte le trophée, ce sera tout à son honneur et pour toute la Côte d’Ivoire. Il nous représentera.
La finale de la Ligue des champions africaine se déroule pendant la période du Carême musulman. Comment arrivez-vous à concilier football et Ramadan dans vos pays respectifs fortement ancrés dans le Jeun ?
Cheick Comara : C’est un peu facile pour moi. Surtout que le programme des matchs et du championnat local est fait en fonction des horaires de rupture du jeun. Le programme est réaménagé de sorte qu’après la rupture, on joue les matchs. C’est ainsi que ça fonctionne au Maroc.