CAN 2019 Nicolas Pépé: Le Maroc est favori

Vous êtes le footballeur ivoirien le plus en vue, actuellement. Êtes-vous prêt à endosser le rôle de leader offensif de l’équipe de Côte d’Ivoire ?

Vous êtes le footballeur ivoirien le plus en vue, actuellement. Êtes-vous prêt à endosser le rôle de leader offensif de l’équipe de Côte d’Ivoire ?
Leches et ce genre de compétitions. On sera prêt à relever ce défi et à passer ce premier tour. On sait que ce ne sera pas facile. Mais pour gagner cette CAN 2019, il faudra battre les meilleurs.
 
Leader offensif, je ne dirais pas ça. Je vais disputer ma première CAN, seulement. Donc, pour moi, c’est nouveau. Dans cette équipe, il y a des cadres qui ont déjà joué ce genre de compétition et qui ont même gagné la CAN. Ils seront donc largement plus expérimentés que moi.
Moi, j’arrive en tant que nouveau joueur, afin d’apporter un plus à cette équipe. Des éléments offensifs comme Max Gradel, qui a remporté la CAN 2015, pourront apporter davantage d’expérience que moi. Moi, j’apporterai davantage mon explosivité, ma combativité. Ce sera une CAN assez compliquée.
En novembre 2016, vous avez intégré une équipe nationale qui sortait tout juste d’une décennie dorée. Avez-vous fait un choix difficile en optant pour la Côte d’Ivoire durant cette période de transition ?
Non, parce que je fais partie d’une nouvelle génération, composée de beaucoup de binationaux. C’est nouveau pour nous aussi, d’ailleurs, parce qu’on n’a pas la « culture » des terrains d’Afrique. Des terrains différents de ceux d’Europe. Ce sont justement des détails qui comptent parce que ça nécessite de l’adaptation.
On a une belle génération qui arrive, avec des joueurs talentueux. La génération dorée a eu son temps. Maintenant, c’est à nous d’écrire notre histoire, en commençant par la CAN 2019 en Egypte. Il faudra bien la préparer pour pouvoir la gagner. Parce qu’on aura en 2023 une CAN en Côte d’Ivoire qui sera très importante pour nous.
Durant la CAN 2019, vous affronterez l’Afrique du Sud (24 juin), le Maroc (28 juin) et la Namibie (1er juillet). Comment jugez-vous ce groupe ?
On peut dire que c’est le groupe de la mort ! Parce que l’Afrique du Sud, c’est costaud. Le Maroc est favori. Et face à la Namibie, ce ne sera pas facile. Mais on fait ce métier pour disputer ce genre de matches et ce genre de compétitions. On sera prêt à relever ce défi et à passer ce premier tour. On sait que ce ne sera pas facile. Mais pour gagner cette CAN 2019, il faudra battre les meilleurs.