Le président du Zamalek, Mortada Mansour, mène une guerre psychologique contre la Renaissance sportive de Berkane avant la finale de la Coupe de la CAF.

Il a mis en garde les responsables du club de Berkane contre ce qu’il a qualifié des agissements survenus avec le CS Sfax.
Chaque jour ou presque, le tout puissant patron du Zamalek, Mortada Mansour, sort son artillerie en direction de la Renaissance de Berkane, futur adversaire du Zamalek en finale de la Coupe de la CAF. L’homme expert en l’art de guerre par média interposé dans son pays a trouvé une nouvelle cible, en l’occurrence la RS Berkane. Sans avancer de preuves tangibles, il estime que le CS Sfax a été victime de plusieurs agissements du club marocain ayant conduit à sa déconcentration : «On est capable de protéger notre équipe de toutes les tracasseries quand on sera à Berkane», a-t-il indiqué. Et de poursuivre : «On dispose des meilleurs joueurs en Afrique et on ne permettra pas que le résultat du match soit influencé par des agissements extérieurs». Pourtant, les experts dans les coups bas en football ne sont pas les Marocains, mais bel et bien les Égyptiens qui utilisent tous les moyens pour permettre à leurs équipes de gagner. Si la Renaissance de Berkane est en finale, c’est avant tout grâce à la qualité de ses joueurs et au jeu attrayant que le club produit sur le terrain. Mortada Mansour fera mieux d’être fair-play pour permettre à cette double confrontation de se passer dans de meilleures conditions.