Les U17 et le pari perdu de la DTN pour sauver son bilan

Après la déroute des Lions U23 de Mark Wotte dans leur course olympique, la sélection marocaine des moins de 17 ans a été éliminée dès le premier tour de la phase finale de la coupe d’Afrique 2019 qui se tient en ce moment en Tanzanie.

{module 499}
Un immense camouflet pour cette jeune sélection qui avait pourtant montrée de belles choses lors des qualifications avec une jeune génération issue principalement des écoles européennes. Un fiasco de plus mettant de nouveau en cause la stratégie mise en place par la DTN et ses sélectionneurs qui ont décidé d’écarter plusieurs joueurs MRE sous prétexte que leurs clubs les retiennent. On est tristement habitué à ce genre de décision qu’on justifie aussi par la pseudo liberté du choix du sélectionneur alors qu’en réalité, la DTN a tout misé sur le produit local (Académie Royale et jeunesse du FUS) dans l’espoir de prouver que la formation au Maroc est sur de bons rails !!!
Ainsi, en collaboration certaine avec Nasser Larguet, le sélectionneur des Lionceaux U17, Jamal Sellami a décidé de se passer de plusieurs joueurs MRE qui avaient jusque là convaincus la plus part des suiveurs. Dans son effectif retenus pour la CAN U17, Sellami n’a retenu que 30% de joueurs MRE alors qu’ils constituaient la majorité lors des éliminatoires, balayant ainsi tout le travail de son prédécesseur et des émissaires marocains, sans oublier les espoirs de ces jeunes qui ont opté pour la sélection du Maroc alors qu’ils avaient des chances de briller avec leurs pays adoptifs respectifs.
Pour Sellami, des joueurs comme Zakaria Ghailan (FC Barcelone), Bilal Ksiouar (FC Cologne),… ou encore Haitam Abaida (FC Malaga) n’ont pas le profile pour disputer une telle compétition alors que bon nombre d’entre eux étaient régulièrement convoqués en sélection nationale depuis plus de deux saisons. Ils étaient les artisans de la qualification à la CAN et de quelques belles victoires à l’image du 5-2 infligé à l’Algérie. Mais Sellami préfère lui aussi le produit local, lui le Champion d’Afrique des joueurs locaux.
La DTN a-t-elle joué la carte du produit local en misant sur sa réussite afin de sauver son bilan ?
Comment la DTN va-t-elle encore convaincre les MRE d’opter pour le Maroc puisqu’elle les écarte avant les grandes compétitions au profit des académiciens et quelques Fussistes? 
Qu’envisagent les (ir-)responsables de la FRMF et de la DTN pour ne pas mettre en veilleuse ces jeunots MRE qui ont, tout de même montré de belles dispositions et un grand attachement à leur pays d’origine ?
En effet, dès qu’une sélection de jeunes n’atteint pas l’objectif fixé, elle est mise en veilleuse et n’est plus prise en charge jusqu’à la prochaine édition. Avec quelle formation cette fois-ci la DTN de Nasser Larguet poursuivra le travail au sein de cette équipe pour préparer les échéances futures ?
Autant d’interrogations adressées aux responsables de ces débâcles qui se suivent et se ressemblent dans les catégories de jeunes. 
Premier responsable, Nasser Larguet a jusque là résisté à toutes les tempêtes depuis qu’il est en poste à la DTN. Les récentes débâcles de nos Lionceaux ne sont que le résultat de sa stratégie à double face qui donne l’impression d’une ouverture alors que l’essentiel est consacré à l’Académie Royale dont il était le directeur. Il suffit de compter le nombre d’Académiciens dans les catégories inférieures pour se rendre compte que les sélections nationales de jeunes sont devenues des vitrines pour exposer du produit local dans l’espoir de décrocher des contrats avec des clubs étrangers…