Botola Pro : Éclairage sur le passé avant la phase retour

Que l’on soit pro ou anti Botola, au moment de dresser le bilan d’une demi-saison domestique, un fait écrase tout le reste : pour le suspens, pas besoin d’aller voir ailleurs. Certes, le WAC marche pour l’instant sur le championnat au prix d’un redressement spectaculaire, opéré depuis le retour du coach tunisien, Benzarti. Mais attention, il ne s’agit aucunement de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

D’autant plus que dans ce cas précis, il y en a deux. Le HUSA et le Raja sont respectivement à cinq et six points des Rouge et Blanc. Les Vert ayant même deux match en retard en plus, à jouer, par rapport aux deux autres qui vont fouler la pelouse aujourd’hui. Tout d’abord le Wac qui affrontera, avec un groupe au complet, excepté Jebbour, en début d’après midi, l’OCS (15h), soit l’équipe qui lui a infligé sa première défaite de la saison, en septembre. Puis le Husa qui accueillera plus tard dans la soirée, l’une des surprises de cette phase allée le CAYB. Mais en attendant le dénouement de cette saison au calendrier aussi au illisible que brouillon, il convient de braquer les projecteurs sur le bilan individuel et collectif des champions d’automne.
Roi des Expected goals (xG)
Les expected goals permettent de déterminer le pourcentage de chances qu’une occasion se termine en but. La valeur dite xG va de 0 à 1, signifiant que telle occasion à entre 0 et 100% de chances de finir au fond des filets. A ce petit jeu, les Rouge et Blanc sont les plus fort. La seconde meilleure attaque du championnat présente une valeur Xg cumulés sur la phase allée de 19.5, devant la RSB (16,86). Néanmoins un petit bémols subsiste. La comparaison de cette même valeur au nombre de but marqués (22), révèlent un déséquilibre et un manque de réalisme des attaquants. Toutefois, au final, quoi qu’on en disent, le Wydad est l’équipe qui se crée le plus d’occasion du championnat. En outre, le club le plus titré de la botola fait également partie du peloton de tête, s’agissant des xG concédés, placée sur la dernière marche du podium (11,18), derrière le Fus de Rabat (10,85) et le Husa (8,42).
Des centres souvent sans destinations
Quand une équipe centre 215 fois avec un taux de réussite aussi faible (29.77%), soit moins d’un centre réussi sur trois, son staff technique seraient inspiré de faire faire des heures sup aux Haddad (11% de réussite), Tighazoui (12,5%) et autres Guaddarine (15%). Une remise à niveau est impérative, d’autant plus que l’animation offensive mis en place par Benzarti repose essentiellement sur le passage par les ailes et les renversements de jeu, avec pour finalité des centres dans la surface de réparation. D’ailleurs, les protégés du Tunisien sont jusqu’à présent, quatrième en nombres de centres.
Inarrêtable Ounajem
Alors que les Rouge et Blanc ont le droit de se vanter d’une satisfaisante première partie de saison, ils le doivent en grande partie à Ounajem, leurs joueur le plus décisif jusqu’à maintenant (4 buts et trois assistances). Le problème, c’est que derrière lui c’est le néant, puisque le second Wydadi le plus décisif est à des années lumière derrière le déroutant ailier, en la personne de B. Aouk (un buts et trois assistances). Et ce n’est pas fini, la patte imprimée par Ounajem sur le jeu tout en possession de son club (57 %, meilleur taux du championnat) est illustré par une autre statistique : Le Wydadi a éliminé à 80 reprises. Avec un tel total, pas étonnant de voir le WAC être l’équipe ayant réussi le plus de dribbles sur ce mini-championnat (281).
Enfin, on peut également mettre en avant dans ce bilan, la faculté du Wydad à se retrouver souvent dans la surface de réparation adverse (233 touches de balle dans la surface), plus que tout autre Team. Ou encore, le second plus faible nombre de tir concédés par Benzarti et ses protégés (127). A contrario, et après les éloges, il est logique de pointer du doigt la combativité moindre des Wydadis (moins de 60 duel par match, à raison de 27 % de réussite), sans oublier leurs position de dernier de la classe en termes d’interception, 37 en moyenne par match, loin derrière le MCO, premier en comptant 47 par rencontre.