Les Championnats d’Afrique 2018 d’athlétisme se déroulent du 1er au 5 août à Asaba au Nigeria.

{module 499}
Mais plusieurs dizaines de participant(e)s ont eu le plus grand mal à rejoindre la capitale de l’Etat du Delta.
Plusieurs athlètes venus participer aux Championnats d’Afrique 2018 d’athlétisme à Asaba ne décoléraient pas après avoir poireauté plusieurs jours à Lagos, faute de vols vers la capitale de l’Etat du Delta (Sud du Nigeria).
 
La Marocaine Rhizlane Siba, championne 2014 du saut en hauteur, était particulièrement remontée. « On a dormi la première nuit à l’aéroport et la deuxième dans un hôtel, affirme-t-elle dans une vidéo tournée le soir. Ils ont assuré qu’on allait avoir un vol. Mais on a passé toute la journée à attendre sur place. Puis des membres de l’équipe du Nigeria sont arrivés et ont pris nos sièges pour aller à Asaba… »
 
Ils sont des dizaines, comme elles, à avoir végété plusieurs heures à l’aéroport ou à y être encore. Un autre raconte avoir quitté sa ville, pourtant située non-loin du Nigeria, le 29 juillet et avoir atterri le 30 juillet en fin de journée, après avoir attendu pas loin de 10 heures au Murtala Muhammed International Airport.

 
Par ailleurs, certains sont arrivés à bon port, mais sans leurs bagages et/ou leurs équipements. Et d’autres ont sérieusement envisagé de faire les quelques 400 kilomètres par la route, ce qui n’est pas sans risques.Les délégations d’Afrique de l’Est ne semblent pas avoir été les moins pénalisées au vu des photos qui circulent toujours sur les réseaux sociaux.

Les terminaux étaient ainsi pleins de Kényan(e)s notamment.
 
Pour leurs deuxièmes Championnats d’Afrique d’athlétisme après ceux de 1989, les autorités nigérianes semblent avoir vite payé des problèmes de transport aérien vers une ville encore peu habituée à ce type de grands événements sportifs.
Les épreuves commencent pourtant ce mercredi matin avec les premiers tours des 100 mètres masculins et féminins ainsi que le début du décathlon.
 
La veille, le président de la Confédération africaine d’athlétisme, Hamad Kalkaba Malboum, se voulait pourtant positif, au sujet de cette 21e édition : « Je peux déjà dire que la qualité du stade d’Asaba est extraordinaire. Près de 90% des athlètes sont là. Les grands pays de l’Afrique sont là : l’Ethiopie, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Maroc, l’Algérie, le Nigeria bien sûr. De grands noms aussi comme Genzebe Dibaba, Caster Semenya et d’autres grands athlètes… »