Image lionsdelatlas par défaut

Parti du Havre AC l’été dernier, Johann Louvel a rejoint l’académie Mohammed VI, au Maroc. L’ancien directeur du centre de formation du HAC dirige désormais les U19 au sein de cette pépinière prestigieuse.

Il s’exprime pour la première fois depuis son départ, sur France Bleu Normandie. Après 20 ans passé au Havre AC, dont six années comme directeur du centre de formation, Johann Louvel a quitté le club normand l’été dernier.

En désaccord avec sa direction et déçu par la gestion de son cas, l’homme fort de la Cavée Verte a claqué la porte et n’a pas mis longtemps à rebondir.

Désormais entraîneur des U19 de la prestigieuse académie Mohamed VI à Rabat (Maroc), Johann Louvel a retrouvé du plaisir et se confie sur France Bleu Normandie. Sans amertume et sans envie d’en découdre ou de régler ses comptes, avec beaucoup de classe et de hauteur, Johann Louvel répond à Bertrand Queneutte. Bertrand Queneutte :

Vous avez quitté le HAC après des tensions et des désaccords avec la direction du HAC l’été dernier. Pourquoi avoir rejoint le Maroc ?

Johann Nouvel : J’ai eu cette opportunité qui s’est ouverte aussitôt derrière. Quittant Le Havre qui est et restera toujours mon club de coeur en France, j’avais du mal à m’imaginer dans un autre club français. J’étais plutôt basé sur un projet à l’étranger, et c’est le Maroc qui s’est ouvert.

Le Maroc est en pleine extension sur le plan football, il y aussi énormément de français qui travaillent là-bas : Nasser Larguet est DTN, Hervé Renard est à la tête de la sélection, Luc Bruder travaille aussi à l’académie Mohammed VI. C’était une belle opportunité, sur un projet très fort : travailler à l’académie qui appartient à sa Majesté, et travailler avec les jeunes marocains pour les former au haut niveau et les préparer à partir pour les championnats européens.

« Le HAC restera toujours mon club de coeur en France »

BQ : Le roi marocain est-il attentif au développement du football dans son pays ?JL : Oui, et une chose est très importante : la qualification pour la Coupe du Monde. Cela faisait des années que le Maroc passait à côté, et le fait d’être qualifié crée un regain d’enthousiasme.

Et puis surtout, une politique de fond a été mise en place pour lancer la formation à la marocaine, avec des centres de formation qui émergent. L’académie doit être un modèle de formation pour créer une dynamique sur tout le territoire. Johann Louvel : « Des joueurs avec des qualités naturelles »

BQ : Dans quel état se trouve le football marocain ?

JL : Il y a des joueurs avec des qualités naturelles, des qualités de football de rue, que l’on a perdu un peu en France. Ce qui manque, c’est la culture tactique. Ils ne l’ont pas du tout. Mais il y a un potentiel, avec une marge de progression énorme.

BQ : Le but final reste de faire rayonner le football marocain partout, en envoyant des joueurs en Europe ?

JL : C’est la raison pour laquelle il a fait venir des compétences françaises. Parce que le football reste une passerelle et un moyen pour les jeunes marocains d’avoir un avenir dans le championnat marocain, ou bien à l’extérieur pour ceux qui ont le plus de talents.