Vainqueur la semaine dernière du PSG, Nice n’a pas réussi à enchaîner. Face à Marseille, les Aiglons se sont inclinés 1-2 et ne pourront plus revenir sur le duo de tête.

Quel début de match ! Deux poteaux trouvés par les Niçois (Pereira à la 3e et Dalbert à la 14e), une moyenne d’un tir toutes les deux minutes … Les vingt premières minutes de ce derby méditerranéen auront tenu toutes leurs promesses. D’entrée de jeu, les Marseillais se sont lancés à l’assaut du but Niçois, harcelant de tous les côtés les Aiglons. Sans problèmes pour les rouges et noirs qui contrôlent bien le ballon et jouent haut, passant par l’arrière quand c’est nécessaire.

Coup sur coup, l’OM se montre de plus en plus dangereux. D’abord sur un centre de Payet, capté difficilement par Cardinale. Ensuite sur un beau ballon piqué de Thauvin vers Sanson. Mais le portier niçois capte le ballon.
Mettant de plus en plus la pression sur la cage niçoise, Marseille ouvre logiquement le score grâce au 18e but de l’inévitable Bafé Gomis (21e). Sur un corner frappé de la gauche par Payet, l’attaquant français devance Cardinale et place une tête imparable. Les supporteurs exultent ! Si l’intensité est toujours là dans les vingt dernières minutes de la première mi-temps, les occasions se font moindres. En 45 minutes, les deux équipes ont pourtant tirés 17 fois au but !
Pour les Marseillais, la première mi-temps aurait pu être parfaite, mais la blessure de Thauvin, sorti avant le quart d’heure de jeu (14e) après un choc avec Balotelli gâche un peu le tableau.
Au retour des vestiaires, les Niçois repassent à l’attaque. Leurs efforts sont rapidement récompensés par l’intermédiaire de Balotelli. L’attaquant italien est parfaitement servi par Baysse après un coup franc coté droit. L’OM tente de réagir dans la foulée. Sur le côté gauche, Sanson centre avec force vers Gomis au point de penalty. Mais encore une fois, Cardinale-auteur d’un superbe match – intervient sur la frappe du capitaine marseillais.
Et Tonto Pat’ surgit !
Après une bonne période niçoise, les phocéens reprennent petit à petit l’ascendant. Une domination conclue par Patrice Evra à la 66e. Après la perte du ballon de Seri, récupéré par Lopes, l’inusable défenseur de 35 ans (qui a célébré ce but en faisant des pompes !) est parfaitement placé dans la surface adverse. Cardinale ne peut rien faire sur sa tête plongeante.
Plus rien ne sera marqué. Pour les Marseillais, la victoire est amplement méritée. De son côté, Nice, à six points de Paris, ne pourra plus revenir sur le club de la capitale.