Sur le marché des transferts, l’attaquant marocain du FC Groningen, Mimoum Mahi a largement dépassé les 3,3 millions d’euros proposés cet hiver par le club anglais de Fulham pour s’attacher ses services.

«C’était un bon club qui voulait me promouvoir. Pour moi, un tel transfert s’inscrivait dans ma progression et sportive et financière, j’étais donc certainement ouvert au changement », a déclaré Mahi à propos de la proposition de Fulham.
« Evidemment, je suis un peu déçu mais je comprends mon club » souligne Mahi qui aurait pu partir plutot sans une blessure qui l’a freiné dans sa progression à son arrivée en 2014 au FC Groningen. 
« Mentalement, c’était très difficile. A un moment, vous vous sentez bien mais vous ne pouvez rien faire à part récupérer. C’était frustrant et heureusement, j’ai eu le soutien de mes frères. J’ai beaucoup apprécié. Parce que je suis assez émotif, devrais-je peut être suivre une formation dans le domaine » se rappelle Mahi 
 
L’intérêt pour Mahi est grandissant et plusieurs clubs suivent ses performances en Eredivisie. Un transfert lors du prochain mercato ne serait pas à exclure, surtout si le joueur devient international marocain. Chose qui ne devrait pas tarder si l’on se fie au souhait du sélectionneur national, Hervé Renard, qui envisage de lui offrir un accès à la tanière. D’autant que Mimoun Mahi est très attaché au pays de ses parents qu’il visite régulièrement
« Le Maroc est un beau pays que je visite régulièrement, il y a toujours du beau temps et vous avez de beaux paysages, des montagnes où il fait bon vivre… Vous avez une bonne cuisine avec la Marmita, un ragoût marocain, et dans les grandes villes comme Marrakech, vous avez  de nombreux sites magnifiques ou on retrouve pleins de touristes…» détaille fièrement Mahi à la presse Néerlandaise en ajoutant « Je prie cinq fois par jour et je vais à la mosquée quand je peux. Souvent, le vendredi, c’est assez difficile de combiner avec le football professionnel, avec deux entraînements par jour et déjeuner ensemble, toutes les prières sont déjà passées. quand je rentre chez moi, je fais mes prières la nuit,».

Bien qu’il a été international espoir Néerlandais, Mahi reste très attaché à ses racines « Je suis né aux Pays-Bas et je me sens aussi néerlandais. Ce pays est dans mon cœur, mais le Maroc aussi. Je n’ai pas encore décidé et mon choix dépendra de l’avenir…» a précisé Mahi.