On a tous vécu à une certaine période de notre vie un traumatisme. Après une période trouble et avec beaucoup de courage, on arrive à surmonter ce traumatisme ou tout simplement vivre avec. Il y’a des blessures qui ne cicatrisent pas.

A peine âgé de 13 ans, Selim a assisté en direct à la chute de sa maman, victime d’anévrisme. Elle succombera à ses blessures. Selim venait d’intégrer le centre de formation d’Anderlecht des U12. Il fut viré rapidement du centre de formation à cause de problèmes de discipline. Les Mauves n’avaient pas pris en considération le choc psychique du jeune qui a perdu sa mère à un âge précoce.

Conseillé par son père, Amallah essaya quelques temps de se focaliser sur ses études. Peine perdue. Il en fut de même qu’avec le football.

Selim n’avait pas dit son dernier mot. En véritable Lion, il est revenu à la charge et il a bossé dur. La saison 2016/2017, il a signé son premier contrat avec l’AFC Tubize, équipe de deuxième division du championnat belge. Il avait bénéficié d’un temps de jeu considérable sans pour autant marquer, ou du moins plaire aux dirigeants.

Ce n’est qu’avec l’aide du coach adjoint de Mouscron, Laurent Demol, que le club accepta de le recruter la saison qui suit. Le train est en marche. Il enchaîne les performances et devint titulaire au poste de milieu offensif.

Cette saison, Selim a franchi un palier supplémentaire en rejoignant le Standard de Liège de MEhdi Carcela. Il est désormais à 12 buts et 6 passes décisives sur deux fronts respectifs : Jupiler pro et la ligue Europa.

C’est une première pour Selim, lui qui était deux ans avant dans un club de 2éme division sans avoir marqué ou effectué une passe décisive. Pire, Amallah n’avait même pas convaincu les dirigeants de la dite équipe.

Deux de ses buts ont une saveur exceptionnelle. Celui contre Arsenal en ligue Europa et celui contre le club qui l’a littéralement éjecté, Anderlecht. Un but avec un gout de revanche surtout qu’il commença à taper dans l’œil de Roberto Martinez, qui dit le suivre de très près.

Selim le Lion

Peine perdue mais cette fois pour les belges. En effet, Amallah n’a pas trop tergiversé et a rapidement opté pour les Lions de l’Atlas avec lesquels il a disputé deux matchs officiels fin 2019.

Agé désormais de 23 ans, Selim est une pépite en plein essor occupant le poste de milieu de terrain. La concurrence en sélection sera rude mais les schémas tactiques de Vahid permettent de combiner les talents du réservoir. Le tout n’est que profit pour la sélection marocaine qui commence à voir des éclaircies dans le ciel.