Le défenseur central marocain, Yunis Abdelhamid joue ce soir un match important en demi finale de la Coupe de la Ligue contre le PSG.

Le Lion de l’Atlas a révélé quelques anecdotes à FF avant de revenir sur ses attentes avec l’équipe Nationale. Ainsi, on apprend que Yunis se destinait au départ à une carrière d’expert-comptable. Et celui qui va craquer en premier pour le Lion de l’Atlas, c’est Jean-Louis Saez. À l’époque entraîneur de la réserve d’Arles-Avignon.

“L’essai s’est super bien passé”, raconte le natif de Montpellier, qui débutera sa carrière de footballeur professionnel à à l’age de 24 ans avec ce club du Sud de la France. « Au début, mon oncle m’avait prêté une 205 où il n’y avait pas de contrôle technique”, rigole le défenseur.

“Je n’avais pas d’argent pour m’acheter une voiture. Un jour, alors que je suis avec la réserve d’Arles-Avignon, on m’appelle pour que j’aille m’entraîner avec les pros. Et, comme par hasard, la voiture me lâche. » Et d’ajouter : « Du coup, j’appelle mon père (qui possédait une entreprise de maçonnerie, ndlr) parce qu’il me faut une voiture. »

Dans cette interview, Abdelhamid, qui n’a joué qu’en France durant sa carrière, révèle avoir été tenté par une aventure à l’Étranger. “J’avais envie de partir à l’étranger. J’ai eu l’opportunité d’aller à Qarabağ (Azerbaïdjan) C’était tentant et il ne faut pas se mentir, l’aspect financier entrait aussi en jeu. J’ai hésité mais après l’expérience ratée à Dijon (2016-2017), j’avais envie de connaître une aventure dans un club qui joue la montée. J’en avais marre de jouer le maintien et finalement Reims a été le bon choix”, affirme-t-il.

Enfin, Yunis a également évoqué ses prochains objectifs, notamment avec la sélection marocaine. Pour lui, c’est simple, « se qualifier pour la Coupe du Monde 2022 et aller le plus loin possible dans une CAN ». Sur le plan personnel, Abdelhamid aimerait devenir entraîneur pour “transmettre ce que j’ai appris, mais pas dans le monde pros plutôt avec les jeunes”, conclut-il.