Après le boycott de la Fédération sud-africaine, son comparse et homologue algérienne vient d’annoncer son intention de boycotter la réunion de la CAF. L’état algérien a donc demandé à sa FAF de perturber tant que possible la tenue de cette compétition à Laäyoune.

La Fédération algérienne, ou plutôt l’état algérien, a attendu plusieurs mois pour contester la domiciliation de la Coupe d’Afrique des Nations de Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune.

Les responsables du football algérien se mêlent donc de la politique en critiquant vivement cette décision du Maroc. Ils menacent de ne pas assister à la réunion du Comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) qui se tiendra le 8 février 2020.

La FAF indiquequ’elle«s’oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 par leMarocdans la ville occupée de Laâyoune qui relève du territoire de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) ». «La FAF a tenu à informer qu’elle ne prendra pas part aux festivités du 63ème anniversaire (8 février prochain) de la CAF s’il advient qu’elle soit invitée, en marge de la tenue de la réunion du Comité exécutif de l’instance du football africain ».

Aussi, les responsables algériens ont invité la Confédération africaine de football à revoir le lieu de domiciliation de ces événements sportifs afin de «ne pas cautionner la politique du fait accompli ».

Le communiqué complet de la FAF:

« LaFédération algérienne de football(FAF) a transmis une lettre au Président de la Confédération africaine de football (CAF) dans laquelle elle dénonce et s’oppose à la domiciliation de la CAN Futsal 2020 par le Maroc dans la ville occupée de Laâyoune qui relève du territoire de la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD).

Aussi, la FAF a tenu à informer qu’elle ne prendra pas part aux festivités du 63ème anniversaire (8 février prochain) de la CAF s’il advient qu’elle soit invitée, en marge de la tenue de la réunion du Comité Exécutif de l’instance du football africain.

Comme il est utile de rappeler que, par le passé, la CAF a toujours été aux avant-postes des valeurs universelles et avait vaillamment lutté contre toute forme de colonisation, à commencer par le régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Par cette décision, à connotation politique, la FAF considère qu’un tel événement prône la division au sein de la famille de la CAF.

Enfin, la FAF demande à ce que la domiciliation des événements cités précédemment dans la ville occupée de Laâyoune soit reconsidérée, pour ne pas cautionner la politique du fait accompli, et réitère sa parfaite position toujours en adéquation avec les vertus que l’Algérie a, de tout temps, défendues.