Face au refus catégorique de la CAF de délocaliser la compétition, la Fédération sud-africaine de football (SAFA) vient d’annoncer son boycott de la Coupe d’Afrique des nations de futsal 2020 prévue à Laâyoune.La Fédération sud-africaine de football (SAFA) vient d’annoncer le retrait de son équipe nationale de futsal de la Coupe d’Afrique des nations 2020, prévue à Laâyoune du 28 janvier au 7 février.

Il s’agit-là d’une décision purement politique, qui s’inscrit dans la continuité de la position inique de Pretoria concernant le Sahara marocain.

L’Afrique du sud n’a en effet jamais caché son soutien infaillible au Polisario, , au point de mêler politique et sport comme cela se faisait durant les temps révolus de la Guerre froide.

Le président de la SAFA et membre du bureau exécutif de la CAF, Danny Jordaan, a tout fait pour déplacer le lieu d’organisation de cette manifestation vers une autre ville marocaine. Il a en même temps menacé de se retirer de la compétition si la CAF ne répondait pas favorablement à sa requête. Ce qu’il a effectivement fait.

En tout cas, cette décision de retrait à quelques jours du début du championnat ne devrait pas rester impunie. La CAF devrait infliger de lourdes sanctions à la SAFA. D’autant plus que la décision d’organisation de cette CAN 2020 au Maroc a été prise à l’unanimité par le bureau exécutif de la CAF.

De leur côté, les autorités marocaines ont ignoré ce coup d’épée dans l’eau et continuent à œuvrer pour la réussite de cet événement continental phare. Deux terrains ont été ainsi mis à la disposition des organisateurs pour y abriter les matchs officiels, alors que les entraînements devraient se dérouler dans d’autres stades dédiés de Laâyoune.

Le Maroc, pays organisateur, a été placé dans le groupe A aux côtés de l’Afrique du Sud, Libye et Guinée équatoriale. Le Groupe B se compose de l’Egypte, Angola, Mozambique et Guinée.