Noureddine Naybet fut l’un des meilleurs arrières centraux africains. Comme défenseur il était rugueux, dur sur l’homme, il musela les meilleurs attaquants que ce soit africains, européens et mondiaux. Portrait du meilleur joueur marocain des années 90 avec Mustapha Hadji.

L’apprentissage casablancais.

Né à Casablanca le 10 février 1970,le petit enfant, accroc au foot, passe le plus clair de sa jeunesse à taquiner le ballon, à Derb Chorfa. Déjà talentueux et besogneux, il est vite repéré par l’étoile de Casablanca, où il ne reste qu’une semaine avant de rejoindre le Wydad Casablanca.

Chez les rouge et blanc, il grimpe les échelons en junior, avant de s’imposer chez les seniors. Dés lors commence sa collection de trophées. Dans un style tout en maîtrise, Naybet est le libéro dont auraient alors besoin tous les clubs à ambitions. Il fut même sélectionné pour la premiére fois pour jouer contre la Tunisie au mois d’août 1990. Il jouera quelques temps avec les vieilles gloires marocaines tels que Aziz Bouderbala ou encore Badou Zaki.

Pendant quatre saisons au WAC,il remportera trois championnats (1990, 1991 et 1993) et surtout la ligue des Champions africaine en 1992. Et la même année, avec les Lions de l’Atlas il participe aux Jeux Olympiques d’été de Barcelone (le Maroc ne passera pas le premier tour et Naybet y inscrira un but) ainsi qu’à la CAN au Sénégal (éliminé au premier tour).Malgré tout, le jeune pousse s’affirme à une vitesse exceptionnelle, au rythme de ses retours miracles et interventions autoritaires, doublées de relances toutes en vista.

Le grand bond en Europe.

Ses performances lui permettent d’attirer un oeil sur lui par certains clubs européens et c’est le FC Nantes qui gagne le gros lot pour remplacer Zoran Vulic sur le départ.Pour la seule saison qu’il y passe, bien que n’ayant pas obtenu de titre avec le club, il séduit le public canari et France Football le couronne d’une place dans le top 10 des joueurs les plus étoilés. Naybet signe ensuite pour deux saisons avec le Sporting de Lisbonne.

Une année lui suffit pour dompter le championnat portugais. Du haut de son métre 82, Naybet défend valablement la défense du club lisboéte qui enregistre un doublé Coupe et Supercoupe du Portugal en 1995.La régularité de ses performances attise les convoitises, et même si le Mondial 94 est une désillusion (élimination au premier tour aprés trois défaites en autant de matches), les années portugaises lui ouvrent les portes du championnat espagnol.

Le Deportivo, le recueil de Noureddine.

C’est le Deportivo de la Corogne qui accueille le roc marocain.Dans le club de la Liga, sa présence physique alliée à une technique et une lecture du jeu au-dessus de la moyenne font de lui l’un des meilleurs défenseurs du championnat espagnol et du monde, d’où le surnom de « Ministre de la défense ». Dés sa premiére saison son club termine troisiéme de la Liga, derriére le Real Madrid et le FC Barcelone, avec la meilleure défense (30 buts encaissés en 42 journées).

Le point d’orgue est l’année 2000 en devenant champion d’Espagne (premier et seul titre de champion d’Espagne pour un joueur marocain) avec les Roy Makaay, Djalminha et autres Jacques Songo’o.Naybet manque même de conserver le titre en terminant à la seconde place la saison d’aprés. Mais en 2002, il retrouve le sourire en remportant la Coupe d’Espagne face au Real Madrid ainsi que la Supercoupe d’Espagne.

Pendant les huit ans qu’il passa en Espagne, Naybet fut approché à chaque mercato par de plus grands clubs dont le Real de Madrid et Manchester United.

L’aventure anglaise comme clap de fin.

Mais en 2004, aprés une demi-finale de ligue des Champions perdue contre Porto, Naybet décida de tenter l’aventure anglaise en signant en Angleterre au Tottenham Hotspur pour deux saisons. La premiére lui réussit fort bien puisqu’il dispute plus de trente matches de championnat, inscrivant même un but lors du fameux derby face au grand rival du Nord de Londres, Arsenal. La seconde saison est moins reluisante pour Naybet qui perd sa place de titulaire au sein de la défense des Spurs et n’est aligné que sporadiquement.

En sélection,Naybet reste international jusqu’en 2006 avec 115 sélections assorties de 4 buts faisant de lui le joueur marocain le plus capé. En mettant fin à sa carriére internationale, il a déjà marqué dans son annale 6 participations à la Coupe d’Afrique (1990, 1998, 2000, 2002, 2004 et 2006) avec en souvenir la finale perdue de l’édition 2004 contre la Tunisie. Naybet avait aussi disputé deux Coupes du monde (1994 et 1998).

À l’issue de la saison 2005-2006, Naybet, en fin de contrat, raccroche les crampons, sans pour autant l’annoncer publiquement aux médias.