Le club Deportivo Palestino a été fondé en 1920 par un groupe d’immigrés palestiniens, venus vivre au Chili. Vainqueur du Championnat du Chili en 1955 et à 1978, et de la Coupe du Chili en 1975 et 1977, elle est la seule équipe de football au monde à porter le nom de la Palestine et a en arborer les couleurs.

Pour la saison 2014 du Primera Divisi&oacuten del F&uacutetbol Profesional Chileno, (premiére division de football professionnelle chilienne), un nouveau maillot, sur lequel les numéro « 1&raquo ont été remplacés par la carte de la Palestine avant 1948, a été présenté au public le 4 janvier dernier.

Les maillots qui rendent hystériques les sionistes chiliens

Sur-le-champ, Gerardo Gorodischer, président de la communauté juive du Chili a déclaré: « Nous savons que la FIFA interdit de telles actions. On ne peut pas admettre une revendication politique et importer le conflit du Moyen-Orient en utilisant la plate-forme de football, en utilisant le sport pour mentir et provoquer la haine.&raquo Il a également exigé des excuses du club de foot et l’interdiction du port de ces maillots… Son prédécesseur, Gabriel Zaliasnik, a lui tweeté que: « Cet acte de suffisance des irresponsables dirigeants du Palestino est offensant pour l’ensemble de la communauté juive du Chili&raquo.

En Isra&eumll, le ministére des Affaires étrangéres israélien a convoqué des diplomates chiliens. En France, le porte-parole de l’ambassade d’Isra&eumll, Yaron Gamburg, a assuré que « la Fédération internationale de football interdit de mélanger politique et football&raquo, quant au premier conseiller de la mission de la Palestine à Paris, Sawfat Ibraghith, il a indiqué que: « Cela traduit surtout une nostalgie de la patrie historique. Même si je reconnais que pour nous, les Palestiniens, malheureusement, chaque soupir peut prendre une connotation politique et être lié au drame de la situation palestinienne.&raquo

Face aux sommations des dirigeants sionistes, les joueurs du Deportivo Palestino ont indiqué:

« 1. Nous regrettons profondément que les sionistes chiliens aient l’intention d’importer dans notre pays le conflit au Moyen-Orient, en essayant ainsi de salir l’histoire et la contribution fondamentale du Deportivo Palestino dans le développement du sport dans notre pays et en particulier dans la municipalité de La Cisterna, o&ugrave il existe depuis plusieurs décennies et réalise un travail important pour le plus grand bien de la communauté.

2. Nous rappelons que le Deportivo et ses symboles existent dans notre pays depuis 1920, soit 28 ans avant la création en Palestine de l’état d’Isra&eumll. Les tentatives de victimisation et d’exploitation politique faites par ceux qui défendent Isra&eumll et ses politiques d’extermination physique et politique du peuple palestinien nous paraissent grossiéres.

3. Nous pensons que si les sionistes du Chili étaient vraiment intéressés à ne pas importer ici ce conflit, avant de tenter d’attaquer la communauté chileno-palestinienne et ses organisations historiques, ils renonceraient à expédier de jeunes Chiliens recevoir une formation militaire en Isra&eumll, et cesseraient de soutenir constamment les violations systématiques de cet état à l’égard des droits humains et nationaux des Palestiniens.

4. Nous déplorons l’hypocrisie de ceux qui expriment leur indignation face à cette carte, tandis qu’ils parlent des territoires occupés comme de territoires disputés et continuent de soutenir la construction de colonies et du mur d’apartheid en Palestine, constructions condamnées par l’ensemble de la communauté et des lois internationales.

5. Nous apprécions les expressions sincéres de solidarité avec le peuple chilien face à cette attaque sournoise, et en particulier celles venues de nos concitoyens de confession juive qui ont exprimé leur solidarité et le rejet de toutes les politiques d’extermination physiques et politiques d’Isra&eumll et de ses défenseurs, o&ugrave qu’ils soient.&raquo

Un ancien joueur du club, Roberto Bishara, d’origine palestinienne, a demandé aux responsables de la communauté juive chilienne de « se préoccuper des enfants qui meurent tous les jours en Palestine plutot que d’un maillot de foot&raquo.

« Aprés une réunion avec notre direction, nous avons décidé que nous continuerons à jouer avec le maillot dans la mesure o&ugrave nous n’avons re&ccedilu aucune communication de l’ANFP (Fédération chilienne de football) ou de la Fifa. Nous sommes un club de sport et nous nous conformons aux avis de ces deux institutions&raquo, a indiqué jeudi, un responsable du club.

Il y a environ 16 000 membres la communauté juive du Chili, 700 000 personnes d’origine palestinienne en Amérique du Sud, dont 300 000 au Chili, 250 000 au Honduras, ainsi qu’au Pérou et au Brésil.