Le Lion serait rusé si conseillé par le Renard… Quand les uns évoquent le nom de Zaki, celui de Chehata ou encore celui de Luis Fernandez, d’autres avancent le nom de Hervé Renard jugé plus apte pour occuper le poste vacant de sélectionneur national du Maroc. Son jeune âge (47 ans), son caractère de vainqueur, son affection pour le Maroc et sa solide expérience Africaine le positionnent en haut de la shortlist du futur bureau fédéral, à en croire certaines confidences.

Le lion serait rusé, si conseillé par le renard.
Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-renard.php#Ri9j26vCl7ktPlho.99
Le lion serait rusé, si conseillé par le renard.
Read more at http://www.dicocitations.com/citations-mot-renard.php#Ri9j26vCl7ktPlho.99

Lions de l’Atlas : Comment se passe votre expérience Sochalienne depuis votre arrivée en Ligue 1? sachant que les résultats ne sont pas encore au rendez-vous…

Hervé Renard : Mon expérience se passe bien, j’ai la chance d’être dans un bon club avec une bonne infrastructure et un bon staff, c’est un club qui évolue depuis plusieurs saisons en ligue 1. Malheureusement aujourd’hui, le club possède un effectif qui n’a pas le niveau pour rivaliser avec les clubs de la Ligue 1.

Lions de l’Atlas : Si on vous comprend bien, le problème de l’effectif est à l’origine des résultats actuels de Sochaux ?

Hervé Renard : Oui, un effectif que j'ai trouvé à mon arrivée. Mais, c’est aussi un problème de moyens depuis quelques années et c’est encore pire cette saison. Quand on n’a pas le niveau et les moyens, il devient très difficile de gagner des matchs en Ligue 1.

Lions de l’Atlas : A titre personnel et vue cette situation difficile en club. Comment voyez-vous votre avenir en ligue 1 avec Sochaux ? Et que répondez- vous aux critiques ?

Hervé Renard : C’est une situation difficile comme vous l’avez mentionné surtout que j’ai été habitué à avoir de très bons résultats comme avec la sélection de la Zambie. Les critiques ? J’ai confiance en moi et en mes qualités et je prends chaque expérience pour m’améliorer même si celle-ci est difficile. Le plus important pour moi est de positiver d'autant que je connaissais la difficulté de la tache en arrivant à Sochaux. On verra ce qui se passera après la trêve mais une chose est sûre, quand l’équipe n’a pas de résultats, beaucoup de choses peuvent se passer. Vous le savez aussi bien que moi…

Lions de l’Atlas : Vous qui avez été sélectionneur en Afrique pendant plusieurs années avant de revenir en France comme entraineur de club, comment jugez vous le travail du sélectionneur et celui de l’entraineur, deux fonctions et deux taches différentes ?

Hervé Renard : En fait, j’ai déjà occupé les deux fonctions par le passé, ce n’est pas vraiment nouveau pour moi. Mais c’est vrai que ce sont deux taches complètement différentes et toute aussi passionnantes. Je suis donc capable d’alterner sans souci particulier…

Lions de l’Atlas : Comme vous nous l’aviez mentionné dans notre dernier entretien, votre départ de la Zambie s’est fait rapidement et juste après la campagne qualificative pour le mondial 2014,…

Hervé Renard : Vous voyez que je ne vous ai pas menti…

Lions de l’Atlas : Du tout (rire)…

Hervé Renard : J’avais besoin d’un nouveau challenge, vivre une nouvelle expérience et l’opportunité de revenir en France, en ligue 1, s’est présentée…

Lions de l’Atlas : Vous nous aviez également avoué que vous étiez potentiellement intéressé par le poste de sélectionneur de l’équipe nationale du Maroc, comme lors de notre premier entretien en 2009 avant l'arrivée de Gerets à la tête de la sélection. Aujourd’hui, ce poste est vacant après la fin de contrat de Taoussi… Etes-vous toujours intéressé par les Lions de l'Atlas?

Hervé Renard : Déjà, je suis toujours sous contrat avec Sochaux ! Je ne sais pas quand le sélectionneur sera choisi au Maroc. Je pense qu’il y a des élections au mois de Janvier, non ? Cela dit, je reste toujours dans le même état d’esprit car ce poste est très intéressant, surtout à ce niveau. Maintenant, il y a plusieurs paramètres qui font que les choses se réalisent ou pas… On en saura un peu plus dans un mois.

Lions de l’Atlas : Il y a beaucoup de noms qui circulent en ce moments mais deux reviennent avec insistance depuis quelques années déjà, celui de Luis Fernandez soutenu par une franche de supporters, et le votre qui figure parmi la shortlist du futur président de la FRMF du fait de votre grande expérience au niveau Africain.

Hervé Renard : C’est un honneur et un bonheur pour moi, ça fait du bien d’entendre ça en ce moment. Je vais être très sincère avec vous, je ne peux pas dire que je ne suis pas intéressé et comme vous le savez dans le foot, les choses peuvent aller trop vite. Je ne vais pas négliger cette piste qui est très intéressante, surtout si les responsables veulent travailler avec moi.

Lions de l’Atlas : En toute honnêteté (sportive), est-ce que vous pensez que le Maroc peut prétendre à une victoire lors de la CAN 2015 au vue des couacs et des problèmes auxquels notre sélection est constamment confrontée ?

Hervé Renard : Il y a énormément de joueurs talentueux au Maroc et le fait d’organiser une compétition comme la CAN métamorphose une équipe, déjà dans l’envie commune de réussir… Je pense que le problème actuel de cette équipe marocaine réside dans le fait qu’on n’arrive pas à trouver l’osmose pour que tout le monde adhère à ce projet commun.
Si le choix se forme sur des joueurs qui expriment leur volonté et de leur envie de réussir, leur talent peut alors le permettre car le talent est là, tout est possible quand on a des joueurs de bon calibre. Lorsque vous regardez l’état des clubs marocains, vous vous dites que c’est quand même du haut niveau, il y a moyen de former une équipe très compétitive avec des bons éléments qui s’intègrent facilement dans le collectif. A mon avis, c'est plus un problème d’égo dans cette équipe du Maroc qu’un problème de sélectionneur ou autre… Les exemples ne manquent pas, plusieurs équipes réussissent sans nécessairement se baser sur leurs meilleurs joueurs.

Lions de l’Atlas : Les sélectionneurs sont parfois amenés à faire des choix difficiles, surtout quand le réservoir de bons joueurs est conséquent…

Hervé Renard : Effectivement. Cela dit, je pense que qualitativement, le Maroc est capable de réaliser une grande coupe d’Afrique, il est capable d’aller au bout et remporter le titre. Il faut juste que tout le monde adhère à ce projet.

Lions de l’Atlas : L’élection du nouveau bureau fédéral de la FRMF a été invalidée par la FIFA, avez-vous suivi cette nouvelle mésaventure du football Marocain ?

Hervé Renard : Oui, j’ai suivi ça de loin, je sais qu’il y a eu des reports qui m’ont un peu étonnés mais bon, je ne connais pas exactement les vraies raisons qui ont poussé la FIFA à invalider cette élection.

Lions de l’Atlas : Avez-vous suivi le parcours du Raja Casablanca durant ce Mondial des clubs qui s’est clôturé ce samedi à Marrakech par la victoire du Bayern ?

Hervé Renard : Oui bien sûr, j’ai suivi cette compétition qui reste malgré tout intéressante à suivre. Cela rejoint ce que je vous ai dit avant ; on connait la valeur des joueurs Marocains surtout si la compétition se déroule au Maroc, cela leur donne des ailes (c’est le cas de le dire avec les Aigles verts). On est capable de se surpasser quand on prend conscience de l'importance de l’événement.