Aziz Daouda : Infrastructures fermées et gaspillage

L'ouverture du stade d'Agadir il y'a quelques semaines peut susciter quelques questionnements quant à la pertinence de nos politiques en matière d'infrastructures sportives. À l'ouverture du stade de Marrakech, nous étions heureux d'une telle réalisation quoiqu'il s'agisse du dernier de l'espèce, on ne fait plus des stades rectangulaires depuis belle Lurette.

À l'ouverture de celui de Tanger on s'était dit: finalement nous avons un beau stade au look moderne. A le voir fonctionner on a vite déchanté. Qu'importe, de l'extérieur il est beau. Mais à quoi vont donc servir ces infrastructures ? détachées de leur milieu urbain, détachées de leurs réalités sociales, détachées j'ose le penser, de leur réalité sportive. Ne sont ils pas venus s'ajouter simplement à ceux déjà  inadaptés de Rabat, de Fès ou d'Oujda?
Le stade de Marrakech a t'il apporté du neuf au sport de la région du Haouz? KACM en tête? Celui de Tanger remplit il une fonction quelconque au service du sport de la ville ou de la région? 
Définitivement non.
Nos  clubs de football sont dans l'incapacité de remplir de grands stades. Le divorce étant depuis longtemps déjà consommé entre les marocains et le football pour ne pas dire entre les marocains et le sport. le football aujourd'hui est squatté par un public que tous reconnaissons peu commode pour ne pas dire infréquentable. Ne parlons même pas des autres sports dont bon nombre sont à l'agonie et n'intéressent plus que le peu de pratiquants qu'ils mobilisent. L'infrastructure n'est justifiée et envisageable que si elle répond à un besoin et vient remplir une fonction.

Peut on alors parler de gaspillage?

Je n'en sais trop rien, toujours est il, nous investissons souvent dans des politiques et des infrastructures sportives qui ne servent pas à grand chose. 
Ne dit on pas que l'une des caractéristiques du sous développement était le gaspillage? 
Certaines infrastructures sportives édifiées, n'ont jamais été mises en service au profit des jeunes et sont restées cadenassées des années durant…d'autres ne sont que partiellement ouvertes. La logique peu inspirée de rentabilité fait que les pauvres clubs et sportifs n'ont aucune chance d'en profiter…

Une infrastructure fermée sans raison n'est elle pas un cas de gaspillage?

 
 
Ce ci dit, cela doit changer et c'est du devoir du département des sports et de l'intérieur de remédier au plus vite à cette situation anachronique, pour ne pas dire absurde. 
Les infrastructures doivent être utilisées pour être rentabilisées. Celles  de base, doivent être ouvertes sans conditions aux citoyens et citoyennes pour en profiter au quotidien sans limites ni restrictions. Il en est ainsi ailleurs. Les plus grandes devraient être rentabilisées par des activités autre que le football,  toujours au profit des populations qui ont participé malgré  elles à leur réalisation par leurs impôts payés et leurs sacrifices.
Qu'est ce qui nous empêche de mettre leurs  annexes  à la disposition des clubs et des jeunes sans contrepartie sinon celle de la fréquentation régulière et respectueuse du patrimoine. Si tel n'était pas les cas alors nous pouvons définitivement conclure au gaspillage. Mais Restons optimistes quand même et ne désespérons pas. Alfred Sauvy n'a t il pas dit:  "il n'est aucun problème humain qui ne puisse trouver sa solution, puisque cette solution est en nous".
Mais cela est une autre paire de manches.