Une élection qui s’éternise sur le temps, des candidats enclins à un débat médiatique, le peuple marocain qui devient de plus en plus exigeants … Le football marocain est dans une agonie trés profonde.

Se lancer dans la course à la présidence de l’instance fédérale requiert de s’assurer de la bonne adéquation de son projet avec la situation actuelle de notre football ainsi que ses attentes. Le projet que l’on désire développer doit donc être en cohérence avec ses compétences pour mieux exprimer ses objectifs personnels, les contraintes liés à son programme, les ressources dont on dispose&hellip

Malheureusement, l’épineux processus électoral pour le renouvellement du bureau du comité exécutif de la fédération Marocaine de football ce 10 novembre se déroule à nouveau dans une confusion totale qui arrange des candidats peu loquasses sur leur réelle motivation ou sur leur projet, comme si la figure personnelle était le critére déterminant dans la course à la présidence de la FRMF.

La tendance constante est de rétablir le régne de l’évidence, mais les supporters Marocains n’ont jamais été aussi exigeants, ils sont dans l’expectative et attendent avec impatience qu’un débat télévisé soit organisé pour ébranler cette évidence et contraindre les 2″poids lourds&raquo du football Marocains, qui ont fait acte de candidatures, à confronter leurs projets respectifs en débattant des sujets qui f&acircchent, bien souvent à l’origine des difficultés rencontrées par notre football.

Etrangement, ces 2 promoteurs de l’innovation, que sont Abdelilah Akram et Fouzi Lakjaa (favori du palais), sont peu portés au débat public, ils évitent de répondre aux questions et se contentent de nous faire croire, séparément via des médias complaisants ou des conférences de presse, que tout ce qui est possible techniquement finira par être réalisé, comme si la technique était exempte de contraintes. Il n’ya qu’à&hellip Le régne de l’évidence.

Bien évidemment, les supporters, ces « profanes&raquo qu’on appelle le 12éme homme, ne veulent plus se laisser convaincre par l’évidence, ils réclament un débatdémocratique et bien plus de transparence de la part des 3 candidats. Il en va de l’évolution de notre football national qui ne saurait possible sans connaître les compétences et les objectifs de ceux qui le gérent ou qui sont amenés à le gérer.

Un débat télévisé. Le peuple marocain le réclame!