Comme son concurrent Abdelillah Akram, Fouzi Lekjaa postule pour un mandat à la tête de la Fédération Royale Marocaine de Football. Introspection sur cet homme talentueux, diplomé de l’ENA et ancien directeur du Budget marocain.

Dans l’histoire de l’institution budgétaire marocaine, Fouzi Lekjaa est devenu le plus jeune directeur du Budget, il n’avait que 40 ans. Cette réussite, il la doit gr&acircce à ses deux plus grandes qualités: le travail, toujours irréprochable et le sens du travail en équipe. Une qualité élémentaire pour briguer un mandat à la tête de la Fédération. En outre, il faut souligner que Fouzi Lekjaa a déjà une expérience dans le monde footballistiquemarocain. Souvenirs.

Renaissance sportive de Berkane: son berceau.

Tout d’abord, Fouzi est un natif de Berkane, il est issu d’une famille modeste: mére au foyer et pére professeur. Ayant quatre fréres, Fouzi n’est pas le seul enfant prodige de la fratrie. Un de ses fréres est diplomé de la Sorbonne, un autre de Dauphine et son troisiéme frére est docteur en économie. Quand Lekjaa est synonyme de talent brut.

Fouzi Lekjaa est un passionné de football depuis sa tendre enfance. Il a même été joueur au sein de l’équipe junior de l’équipe locale, la Renaissance de Berkane, dont il deviendra président une fois adulte puis président d’honneur.

Orientation professionnelle difficile.

Une fois le bac sciences expérimentales en poche en 1988, Fouzi Lekjaa avoue avoir hésité entre l’Institut supérieur de commerce et d’administration des entreprises (ISCAE) et la médecine. Aucune des deux filiéres finalement. Il opte pour l’Institut agronomique et vétérinaire (IAV) de Rabat, sous l’influence de deux oncles qui ont fréquenté le même établissement. Diplome en poche, six ans plus tard, c’est au ministére de l’agriculture, comme beaucoup de lauréats de l’IAV, qu’il entame sa carriére professionnelle. Un vrai prodige.

Parallélement à son travail, il poursuivra un cycle de formation à l’Ecole nationale d’administration (ENA) et se classe parmi les premiers. Sa voie était toute tracée pour une carriére d’inspecteur des finances.

Gérant de différents budgets nationaux.

Au cours de l’année 2000, il occupera le poste de chef de la division des secteurs administratifs, celle qui s’occupe des finances des départements de souveraineté comme la Défense nationale, l’Intérieur ou encore les Affaires étrangéres. Membre de l’équipe de négociation de l’accord de libre-échange avec les USA, interface entre les Finances et l’Agriculture pour la mise en &oeliguvre du Plan Maroc vert. Fouzi Lekjaa décroche le poste de directeur adjoint, puis sept mois plus tard, de directeur, à la faveur du départ de son prédécesseur en retraite.

Désormais, Fouzi Lekjaa souhaite retourner dans sa passion du football pour briguer un mandat à la tête d’une Fédération Royale Marocaine de Football en agonie depuis plusieurs années. Ce travailleur féroce et passionné souhaite redorer le football marocain. Pour cela, il « promet d’investir dans les infrastructures avec la création d’une trentaine de centres de formation, de mettre à la disposition des arbitres plus d’encadrants performants et de restructurer la fédération au niveau des ressources humaines et des commissions qui seront mises en place&raquo. Réponse dans quelques mois pour savoir si ce prodige de la bureaucratie marocaine aura l’opportunité de soigner le football marocain.