Lakhdar Belloumi vous livre son 11 de rêves, et dans ce onze y figure un marocain.

Badou Zaki : « Mon meilleur ennemi, et surtout le meilleur gardien que j’ai pu affronter. Le Ballon d’or africain 1986, un vrai mur. Je me souviens d’un but que je lui ai mis en 1979 pour le match retour des éliminatoires des Jeux Olympiques. On avait gagné 5 à 1 à l’aller, et je mets le premier au retour: une tête aux 18 mètres… »

Júnior : « Il fait partie de cette génération de défenseurs brésiliens qui ont influencé la nouvelle. Efficace défensivement mais surtout redoutable offensivement. »

Oscar : « Pareil que pour Junior. Un modèle pour les Maicon et Marcelo, etc… J’ai joué avec eux en août 1982 lors d’une confrontation Europe Vs Reste du Monde à New York. C’était un régal. En plus ce jour-là, je marque le deuxième but. »

Bouzid Mahiouz : « Mon coéquipier pendant les éliminatoires des Jeux Olympiques 1980, quand on est venu à bout des Marocains. Un défenseur polyvalent. »

Zico : « Il était incroyable quand on a joué ce fameux match contre l’Europe en 1982. Il formait un milieu impassable avec Falcao et Socrates. C’est ce qui se faisait de mieux à l’époque. »
Falcão : « Pas le nouveau, pas celui de Monaco. Lui aussi était brésilien. Et il faisait des merveilles avec ses deux compères. »
Sócrates : « En fait, les trois ensemble étaient indissociables. Si j’en mets un seul, je suis obligé de mettre les trois. Mais je suis particulièrement fier d’avoir pu jouer avec Sócrates. Classe, efficace, esthétique. »

Lakhdar Belloumi : « Vous m’aviez demandé mon onze de rêve, non ? »
Carlo Antognoni : « Le meilleur joueur et attaquant. Tout simplement. C’est à cause de lui si l’on perd ce match 3 à 2 contre l’Europe. Il marque le dernier but. »
Hugo Sánchez : « À la fois milieu et attaquant mais surtout mexicain. Plutôt polyvalent. Il était super agile et super souple. Mais ce que j’aimais bien chez lui, c’était surtout sa manière de célébrer les buts. Une espèce de roulade, rondade, je ne sais pas trop… »
Rabah Madjer : « Mon meilleur coéquipier, on adorait jouer ensemble. On a battu l’Allemagne côte à côte. C’est mon plus grand souvenir (frisson). Et puis quel attaquant, quelle facilité devant les buts ! »
Michel Platini : « C’est mon modèle. J’adorais et je suis toujours fan de son jeu. Son allure, son élégance, sa vision du jeu. Ce n’est pas pour rien si on m’appelait le Platini africain. J’ai été inspiré par lui. Je l’ai affronté et battu en 1985 dans un match amical entre l’Algérie et la Juventus. On a gagné 3 à 2 ce jour-là. L’un de mes meilleurs matchs. »
Jean-Pierre Papin : « Un grand buteur ! Il me le faut dans mon équipe. Je l’ai rencontré à la fin de ma carrière. C’était aussi lors d’un match amical. »
Zinédine Zidane : « Et enfin Zizou pour le symbole. On a joué l’un contre l’autre en Futsal en 2010. L’Algérie contre la France, Belloumi contre Zidane. Parce que c’est aussi un immense joueur. On a voulu marquer l’amitié franco algérienne. C’est aussi pour ça que je suis venu aujourd’hui. »

Source : SoFoot.com