Amine Harit revient sur l’épisode le plus douloureux de sa vie. L’accident mortel, dans lequel il était impliqué à Marrakech à l’été 2018, est toujours présent dans son esprit.Écarté de la liste des 24 choisis par Vahid Halillodzic pour défendre les couleurs du Maroc lors des deux prochaines rencontres des éliminatoires de de la CAN 2021, Amine Harit a été l’invité, ce dimanche soir, de l’émission « Canal football club » sur la chaîne française Canal+. Le joueur marocain a évidemment expliqué sa déception concernant sa non-sélection, mais il semblait prêt à faire davantage d’efforts pour retrouver sza place au sein du groupe des Lions de l’Atlas.

Amine Harit est aussi revenu sur le grave accident de la circulation dans lequel il était impliqué à Marrakech à l’été 2018 et qui a causé mort d’homme. Ses propos ont été repris par le site d’information de la chaîne d’informations continue CNEWS. « C’est quelque chose qui va rester dans ma tête jusqu’à mon dernier jour. Je ne le souhaite à personne (de vivre ça). Ça été dur. Et je me mets à la place de la famille qui a vécu ce drame. J’essaie d’y penser tous les jours et de me dire que j’ai de la chance d’être là. C’est quelque chose qui m’a beaucoup appris », a confié l’ancien joueur du FC Nantes, dernier club entrâné par Vahid Hallilhodzic.Sur le plateau, on le sentait mal vis-à-vis de cet épisode de sa vie. Pour rappel, au moment des faits, il se trouvait avec son petit frère de 14 ans. Amine Harit avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis et une amende de 780 euros par un tribunal de Marrakech, rappelle le journaliste Saïd El Abadi sur CNEWS.

Harit, cet ancien coéquipier de Kylian Mbappé en 2017 avec l’équipe de France des U17, qui a fini championne d’Europe, est actuellement âgé de 21 ans et fait, aujourd’hui, les beaux jours du club allemand de Schalke 04. Il a même été désigné comme meilleur joueur de la Bundesliga du mois de septembre après une série de beaux buts et de passes décisives qui ont permis à son club d’occuper le haut du classement général.