L’heure de vérité sonne avec l’élection du futur président de la Fédération royale marocaine d’athlétisme. Hicham El Guerrouj, qui défie Abdeslam Ahizoune, joue gros.

C’est ce lundi que la fédération royale marocaine d’athlétisme choisira son nouveau président. Ce sera soit le président sortant Abdeslam Ahizoune, soit l’ex-gloire marocaine de l’athlétisme, Hicham El Guerrouj.

Selon le quotidien arabophone Assabah daté du 22 juillet, le Raja de Casablanca section athlétisme n’a pas eu le droit de voter lors de cette future assemblée générale élective. Et pourtant le club figure permis les 50 premiers du classement national, sauf que sa situation administrative ne le lui permet pas, à l’image de la Ligue du Grand Casablanca et celle de Guelmim-Oued Noun. Ainsi, ils ne seront que 49 clubs à pouvoir élire le prochain président en plus de 13 ligues régionales.

Les organisateurs ont préféré passer par un vote public pour éviter les interprétations. Pour rappel, Hicham El Guerrouj avait fait appel contre la candidature de Abdeslam Ahizoune auprès du ministère de la Jeunesse et des sports alors que? selon le quotidien? il aurait dû le faire devant un tribunal. Pour Assabah, la candidature du président sortant est légale, d’autant plus qu’il n’est qu’à son premier mandat après le changement de la loi de 2013 et le département de Rachid Talbi Alami a déjà refusé le recours de l’ex-champion du monde du 1500 mètres.

Par ailleurs, il semble que la Fédération attend le jour J pour démontrer que le dossier d’El Guerrouj est illégal, et ce pou plusieurs raisons et non seulement à cause de son poste au ministère. Le quotidien rappelle par ailleurs que la candidature de Hicham El Guerrouj a été très mal accueillie par d’anciens athlètes alors que plusieurs autres le soutiennent pour qu’il devienne le président de l’instance qui s’occupe de leur sport au niveau national.