Le Maroc caresse toujours le r&ecircve d’organiser le mondial de football. Il lorgnerait, cette fois-ci sur la Coupe du monde de 2026. Certes le pays a nettement modernis&eacute ses infrastructures sportives mais en face se dresse de redoutables concurrents : le Mexique, les Etats-Unis et la Chine.

Le Maroc a l&#39ambition de succ&eacuteder au Qatar. En 2022, ce petit &eacutemirat organisera la Coupe du monde de football. Le royaume parie sur 2026, une &eacutedition pour laquelle le continent africain serait favori. Le sitearabophone Kooora.com, avance que la FRMF dirig&eacute par Ali Fassi-Fihri est sur le point de pr&eacutesenter, en ce sens, une demande &agrave la FIFA pr&eacutesid&eacute par l’inamovible Joseph Blater.Cela serait, alors, la cinqui&egraveme tentative apr&egraves les revers subis en 1994, 1998, 2006 et 2010. Un record au niveau mondial. Une demande qui sera au c&oeligur de la r&eacuteunion, maintes fois report&eacutee et pr&eacutevue mi-mai, du bureau f&eacuted&eacuteral.

Kooora.com estime qu’il s’agit l&agrave d’une carte entre les mains du pr&eacutesident de la F&eacuted&eacuteration royale marocaine de football en vue de rallier le maximum de membres &agrave sa r&eacute&eacutelection. Un objectif qui semble difficile &agrave r&eacutealiser, sachant que durant la pr&eacutesidence de Fassi-Fihri, le football marocain a enregistr&eacute ses pires performances, surtout avec le sombre passage d’Eric Gerets &agrave la t&ecircte du Onze national et ses clauses de confidentialit&eacutes. Sauf qu&#39au Maroc, sp&eacutecificit&eacute oblige, d&#39autres param&egravetres entrent en jeu dans le choix du pr&eacutesident de la FRMF.

Profiter du mondial des clubs mais en face il y a le Mexique, les Etats-Unis et la Chine

Outre l’enjeu personnel pour Ali Fassi-Fihri, qui mise sur un second mandat et pourquoi pas un troisi&egraveme &agrave la t&ecircte de la FRMF, le Maroc, est depuis quelques semaines, la destination de d&eacutel&eacutegations de la FIFA, venues inspecter les stades devant abriter les deux &eacuteditions du mondial des clubs de 2013 et 2014. Sur ce point le royaume a quelques atouts en sa faveur. Une organisation r&eacuteussie de ces &eacutev&eacutenements sera s&ucircrement un avantage dans le dossier de la candidature marocaine pour le mondial 2026.

Si dans sur le continent africain aucun pr&eacutetendant ne s’est encore manifest&eacute, le Mexique a d&eacutej&agrave exprim&eacute son intention d’accueillir pour la troisi&egraveme fois la prestigieuse comp&eacutetition, apr&egraves les &eacuteditions de 1970 et 1986. Les Etats-Unis pourraient succomber &agrave la m&ecircme tentation que leur voisin du sud, et r&eacute&eacutediter l’exploit de 1994. La Chine, au compteur encore vierge, serait &eacutegalement dans les starting-blocks.