Si le Wydad s’est incliné deux fois en moins de 4 jours, ce n’est pas du tout par accident mais plutôt le résultat de l’attitude du comité d’Abdelilah El Akram et de son comité qui ont complètement abandonné l’équipe depuis son retour de Lomé.

Selon nos informations, les joueurs avaient menacé, dès le retour du Togo, de ne pas jouer face au KAC si leur situation financière n’était pas régularisée. Le Wydad, qui avait déjà traversé un mouvement de grève des joueurs a sans doute connu, ces derniers jours, une de ses semaines les plus noires dans les vestiaires.

Avant leur départ pour le Togo, les joueurs s’étaient vus promettre de recevoir leurs salaires et quelques primes en souffrance mais, à leur retour, ces promesses n’ont pas été tenues, la situation dans les vestiaires et devenue intenable, et certains joueurs ont informé Zaki, déjà au courant du problème, qu’ils ne souhaitaient pas prendre part au match face au KAC mais le coach a fini, tant bien que mal, par les convaincre de jouer afin de sauver les apparences comme il l’avait fait auparavant en démentant le fait qu’il y ait eu une grève des joueurs.

Une dernière chance a finalement été accordée au président El Akram, celle de venir à l’hôtel où réside l’équipe jeudi soir en concentration pour leur expliquer pourquoi il n’a pas tenu ses engagements. Mais au lieu de se présenter, El Akram a estimé avoir mieux à faire que de s’occuper de l’équipe à la présidence de laquelle il s’accroche mordicus.

Les promesses non tenues par El Akram ne concernent pas seulement les joueurs, il n’y a pas une personne au complexe du Wydad qui ait été payée à temps, cela va du jardinier au staff technique en passant par le staff médical. Exemple: le staff technique n’a pas été payé depuis 3 mois et le comité doit lui reverser 13 primes de résultats. Les joueurs, quant à eux, réclament 4 salaires et 6 primes de signatures et de résultats. La situation est surtout dramatique pour les 4 joueurs étrangers du Wydad qui ont parfois recours à leurs compatriotes en attendant, ce qui est très grave.

Comment, dans ses conditions une équipe peut-elle être concentrée sur sa tache qui est de gagner des matchs sans que cette histoire de salaire et de prime ne viennent perturber les joueurs la veille d’un match et les démotiver ?

Il n’empêche qu’un joueur portant le maillot se doit de le mouiller, payé ou pas, car jouer pour le WAC est un privilège avant d’être un emploi et c’est ce sur quoi les footballeurs devraient s’inspirer de leurs homologues du Basket, qui souffrent, au moins autant qu’eux, de la mauvaise gestion financière du club.

Les joueurs ont donc, aussi, une grande part de responsabilité pour ces deux défaites consécutives. Personne ne les oblige à jouer pour le Wydad et s’ils ne sont pas assez motivés pour le faire, qu’ils cèdent leur place à d’autres plus motivés. Il faudrait également leur rappeler que leur contrat les protège contre les salaires impayés et qu’il suffit aujourd’hui de porter le litige à la FRMF.

Il est peut être donc temps pour El Akram, de partir et de laisser sa place à une autre personne plus responsable, plus charismatique et surtout, animé par une envie de porter le club vers les sommets et non atteindre les sommets grâce au club. Le Wydad n’a pas besoin d’un membre fédéral ni d’un membre d’une quelconque commission de la FIFA, mais d’un homme fort, habile et qui a le don de rassembler et non de diviser comme El Akram le fait depuis juin 2007.

 

Article de Wydadnews.com