Après la mise en lumière sur Foued Chafik pour réaliser une revue d’effectif de nos joueurs susceptible d’apporter un plus à notre équipe nationale, nous vous proposons aujourd’hui de vous parler d’un autre joueur et surtout d’un autre poste. S’il y’a un poste auquel notre sélection connait de grandes difficultés, c’est bien celui d’attaquant de pointe (avec je vous l’accorde celui de gardien de but!).

Depuis la génération Basser et Hadda, notre sélection peine à trouver ce buteur providentiel qui sait mettre la balle au fond des filets. Plusieurs joueurs ont tenté leurs chance avec plus ou moins de succès, de Chamakh (qui laissa entrevoir de belle qualité durant sa jeunesse) en passant par El Hamdaoui, El Arabi, ou encore Abourazzouk avec le peu de réussite qu’on leur connait. L’inefficacité chronique de nos attaquants plombe lourdement nos résultats.

Nous pourrions avoir la meilleure attaque du continent si nos attaquants étaient plus réalistes devant les buts adverses. Tant qu’ils peine à marquer régulièrement  nous n’avancerons jamais.

 

Il reste maintenant  l’énigme Hamdallah. Un joueur pétri de talent, qui pourtant souffre d’un manque cruel de reconnaissance, les Jeux Olympiques en sont la preuve irréfutable. Meilleur buteur de notre championnat à son jeune âge, il est aujourd’hui exilé en en Norvége, où il se dit heureux d’être.

Il semble que ce joueur pourrait être cet attaquant tant attendu si on lui en offre la chance et une réelle opportunité. Persévérer plus que de raison avec des joueurs qui ne parviennent pas à être efficace est une perte de temps, alors que le temps nous fait cruellement défaut, surtout que c’est synonyme d’argent. Demandez à ceux qui parlent des salaires des sélectionneurs après chaque débâcle.

 

Hamdallah peut-il être une solution à notre manque patent d’efficacité devant le but ? On ne sait pas, mais une chose est sûre, nous ne le saurons jamais si on ne lui offre jamais cette chance que certains ont eu plusieurs fois sans résultats.