Après la bagarre survenue entre lui et Nêne, Houssine Kharja a accepté de fournir sa version des faits à eurosport.fr. Même si le brésilien a présenté ses excuses, l’ex-capitaine des Lions  avoue lui en vouloir encore.

« Nene m’a asséné un coup par derrière au niveau de la nuque. J’ai regardé l’arbitre, et je lui ai dit : "Vous avez vu ?". En même temps, j’ai vu que Nene continuait à s’embrouiller, à jeter des insultes à droite et à gauche. Après, c’est parti tout seul … »

 

« Il venait de prendre un rouge et il devait quitter le terrain. Sur le coup, j’y suis allé juste pour me mettre entre lui et l’arbitre. C’est clair que je l’ai un petit peu poussé pour l’écarter. La provocation ? Il n’a fait que ça pendant le match. Sur les images, vous n’avez pas vu tout ce qu’il s’est passé. Mon coéquipier était en train de saigner du nez car Nene le lui a cassé en lui mettant un coup de coude. C’est pour cela qu’il prend carton rouge. »

 

« Les provocations sur le terrain, il y en a toujours eu. Je me suis fait insulter sur le terrain, j’ai aussi insulté. Cela existe dans le métier, c’est comme ça…Cela fait partie du jeu. Si à chaque fois qu’il a des provocations sur le terrain, nous mettions des coups de poing, il n’y aurait aucun match qui se jouerait. » 

 

« Je ne suis pas Gandhi. A tous les moralistes qui sont venus dire que Kharja n’aurait pas du réagir comme cela, je leur réponds : "Prenez-vous une baffe comme celle-ci, et on verra si vous ne réagissez pas !" J’ai 30 ans, je suis père de famille, je ne vais pas me laisser taper comme cela. C’est clair que je suis un peu la risée des gens, mais je l’aurais été encore plus si je n’avais pas réagi. »

 

« Oui, j’en veux à Nene. Nous avons fait un choix peut-être plus économique que sportif en venant au Qatar, et maintenant, à cause de sa connerie, je vais risquer des grosses sanctions alors que j’ai rien demandé. Quand j’y repense, cela me met hors de moi. »