Jamais, sans doute, depuis la cr&eacuteation de la Ligue des champions Orange, les seizi&egravemes de finale n’avaient offert une telle densit&eacute. Certaines rencontres auraient m&ecircme pu faire l’affiche d’une finale.

On retrouve sur la ligne de d&eacutepart plusieurs anciens laur&eacuteats, les in&eacutevitables Egyptiens d’Al Ahly et du Zamalek, les deux clubs les plus titr&eacutes de l’histoire, le V Club de Kinshasa et le Tout Puissant Mazembe de Lubumbashi, l’Esp&eacuterance de Tunis, l’Ashanti Kotoko de Kumasi, Orlando Pirates, d’autres anciens vainqueurs d’une Coupe d’Afrique, Enugu Rangers, Union de Douala, Stade Malien, AC L&eacuteopards, Entente de S&eacutetif, El Merreikh, FUS de Rabat ou de finalistes, Dynamos FC, El Hilal, Djoliba de Bamako, Coton Sport de Garoua, CA Bizerte, Primeiro de Agosto, Vital’O de Bujumbura.

Cela fait beaucoup de beau monde m&ecircme si certains des clubs cit&eacutes pr&eacutec&eacutedemment n’ont fait qu’une apparition &eacuteph&eacutem&egravere au sommet comme le Vital’o, finaliste de la Coupe des vainqueurs de Coupe en 1992, avant de retomber dans l’anonymat. Mais il convient de se m&eacutefier. Qui ne se souvient du parcours du TP Mazembe qui apr&egraves avoir jou&eacute quatre finales cons&eacutecutives &agrave la fin des ann&eacutees soixante, en remportant deux, a connu ensuite une longue travers&eacutee du d&eacutesert avant de revenir, et de quelle mani&egravere, au sommet du football continental, en remportant les deux titres de l’&eacutepreuve majeure du calendrier en 2009 et 2010.

Les difficult&eacutes rencontr&eacutees par les clubs &eacutegyptiens et tunisiens ces deux derni&egraveres ann&eacutees n’ont pas affect&eacute cependant leur comportement sur la sc&egravene africaine. La derni&egravere Ligue des champions Orange n’a-t-elle pas oppos&eacute Al Ahly &agrave l’Esp&eacuterance alors que les Egyptiens avaient &eacutet&eacute priv&eacutes de championnat national et les Tunisiens connu un championnat chaotique et &agrave huis-clos. Depuis la cr&eacuteation de la Ligue des champions en 1997, l’Egypte a remport&eacute 6 titres (Al Ahly 5, Zamalek 1), le Maroc (Raja Casablanca 2) et la Tunisie, 2 (Etoile du Sahel et Esp&eacuterance), soit 10 couronnes sur seize les &eacutequipes du Sud en ont gagn&eacute 6, Nigeria (Enyimba FC 2) et la RD Congo 2 (TP Mazembe 2), la C&ocircte d’Ivoire (ASEC Mimosas), le Ghana (Hearts of Oak) 1 chacun. La mainmise des clubs du Nord se poursuivra-t-elle cette fois encore. Il est beaucoup trop t&ocirct pour le savoir.

Le programme :

Zamalek (EGY) – V Club (COD)

Saint George (ETH) – Djoliba (MLI)

CA Bizerte (TUN) – Dynamos (ZIM)

Tusker (KEN) – Al-Ahly (EGY)

Zanaco (ZAM) – Orlando Pirates (RSA)

Mochudi Centre Chiefs (BOT) – TP Mazembe (COD)

Vital&#39O (BDI) – Enugu Rangers (NGR)

Recreativo Libolo (ANG) – Al-Merreikh (SUD)

JSM Bejaia (ALG) – Ashanti Kotoko (GHA)

Primeiro Agosto (ANG) – Esp&eacuterance (TUN)

FUS Rabat (MAR) – Union Douala (CMR)

San Pedro (CIV) – Al-Hilal (SUD)

AFAD Dj&eacutekanou (CIV) – Coton Sport (CMR)

Casa Sport (SEN) – Stade Malien (MLI)

Kano Pillars (NGR) – AC L&eacuteopards (CGO)

ASFA Yennenga (BUR) – Entente S&eacutetif (ALG)

Derni&egravere modification le mercredi, 13 mars 2013 09:12

&Eacutevaluer cet &eacutel&eacutement