Sans trembler, l’Argentine s’est imposée contre le Venezuela grâce à Lautaro Martinez et Giovani Lo Celso (2-0), ce vendredi au Maracana de Rio. L’Albiceleste rejoint le Brésil en demi-finales.

Théâtre du pire fiasco de l’histoire du Brésil, le Mineirão espérait un Brésil-Argentine, en demi-finale de la Copa America pour tenter d’effacer le tragique 1-7, contre l’Allemagne, lors du Mondial 2014. Le duel entre les deux meilleurs ennemis du continent aura bien lieu, mardi prochain, à Belo-Horizonte. Après avoir vu la Seleção se qualifier dans la souffrance face au Paraguay (0-0, 4-3 aux t.a.b.), l’Argentine ne pouvait pas poser un lapin aux Brésiliens. Ils ont donc entamé leur duel face au Venezuela avec l’engagement et la grinta qui leur a fait défaut lors de la première phase ponctuée par une victoire (Qatar), un nul (Paraguay) et une défaite (Colombie).

https://www.youtube.com/watch?v=gsTaK2bXKo4

Au bout de trois minutes, Sergio Agüero frappait dans un angle fermé avant de provoquer l’ouverture du score, après un corner mal renvoyé qu’il essayait de conclure d’une frappe ratée. Sur la trajectoire, Lautaro Martinez soulageait un Maracanã, majoritairement ciel et blanc d’une jolie talonnade qui surprenait Farinez (0-1, 10e). L’équipe de Lionel Scaloni, qui alignait une 13e formation différente en autant de matches sous ses ordres, avait le contrôle sans pour autant se créer d’occasions franches. Unique titulaire rescapé de la finale de la Coupe du Monde 2014, Lionel Messi avait bien du mal à se distinguer. Ses coups de pied arrêtés étant trop tendres et ses tentatives de une-deux, pas assez tranchantes. Il a réussi néanmoins à lancer Acuna, préféré à Lo Celso, mais son centre devant le but était trop imprécis (45e).

Au retour des vestiaires, la vinhotinho prenait des risques en remplaçant Mago par le milieu offensif, Soltedo, sorte de Valbuena vénézuélien. Un pari osé qui aurait pu payer, sans la parade magnifique d’Armani sur une frappe à bout portant d’Hernandez (70e). Malgré les entrées en jeu de Di Maria (63e) puis Lo Celso (67e), l’Argentine n’avait plus vraiment le contrôle du milieu. Un déboulé de Rodrigo De Paul, le joueur de l’Udinese, fit pourtant la différence. Son centre parvenait à Agüero dont la frappe était mal repoussée par Farinez. L’ancien Parisien Lo Celso pouvait surgir pour envoyer l’Argentine en demi-finale de la Copa America (0-2, 73e). Ce sera au Mineirão, l’endroit idéal pour provoquer un nouveau tremblement de terre.