Nabil Neghiz, entraîneur de l’IR Tanger pour les deux prochaines saisons L’Ittihad de Tanger a officialisé, mercredi, l’arrivée du technicien algérien Nabil Neghiz au poste d’entraîneur de l’équipe.  Nabil Neghiz, 51 ans, qui succède à Abderrahim Talib à la tête de la formation tangéroise, a signé un contrat de deux ans avec le club.

Après une saison mitigée, marquée par une sortie prématurée de la Ligue des champions d’Afrique et une cinquième place dans la Botola D1, l’Ittihad de Tanger envisage de revenir au-devant de la scène nationale et continentale à partir de la saison prochaine. C’est dans ce sens que le club a officialisé, mercredi, l’arrivée de l’ex-entraîneur du club algérien de la JS Saoura (équipe qui a sorti l’IRT de la Ligue des champions d’Afrique), Nabil Neghiz. L’entraîneur algérien, 51 ans, qui a paraphé un bail de deux ans avec la formation nordiste, a officiellement été présenté aux médias, mercredi, lors d’un point presse au siège du club. Le technicien algérien sera assisté dans sa mission par l’ancien entraîneur de l’équipe, Abdelwahed Belkacem, et Mohamed Bistara.

L’ancien sélectionneur des Fennecs (il a assuré l’intérim après le départ de Christian Gourcuff en 2016, ndlr) a révélé les raisons qui l’ont poussé à choisir l’équipe nordiste.

“Je connais très bien l’Ittihad de Tanger pour l’avoir affronté en Ligue des Champions de la CAF la saison dernière avec la JS Saoura. Le club dispose d’infrastructures sportives de haut niveau, d’un énorme public et d’un bon effectif. Quand les dirigeants m’ont contacté, je n’ai pas hésité un instant pour dire oui”, nous a déclaré l’homme de 47 ans.

Durant le point presse, Neghiz a exprimé son admiration de la ferveur et la passion qui entoure l’équipe, ainsi que de l’infrastructure dont dispose le club de la ville du détroit. Le technicien algérien a aussi dévoilé son futur modus operandi avec le club. «Je suis un entraîneur qui préfère la stabilité, c’est pour cela que je voudrais garder un maximum de joueurs de la saison précédente, pour que le travail soit fait avec les 50 à 60% de la base déjà présente, au lieu de tout démarrer à zéro. En ce qui concerne les transferts, je préfère qu’ils soient bien étudiés et bénéfiques pour l’effectif», a-t-il indiqué. L’ancien coach de l’ES Sétif a aussi fait savoir qu’il nourrissait beaucoup d’ambitions pour le club et a promis qu’il allait faire de son mieux pour que l’équipe soit plus compétitive la saison prochaine.

Sur la participation des sélections marocaine et algérienne en Coupe d’Afrique des Nations, qui se dispute en ce moment en Égypte, le technicien espère une finale maghrébine entre les deux voisins: “j’espère sincèrement qu’ils iront jusqu’en finale. Le Maroc et l’Algérie sont au meilleur de leur forme”.