En effet, car sa patience a fini par payer : après Arles-Avignon, Yunis Abdelhamid a évolué à Valenciennes, à Dijon, puis à Reims. Il est aujourd’hui le patron de la meilleure défense de Ligue 1, après 10 journées (4 buts encaissés). Si le Stade de Reims a perdu sa place sur le podium de la Ligue 1 en concédant un match nul (0-0) face à Nîmes, samedi, le club champenois n’en a pas moins conforté son statut de meilleure défense de Ligue 1 avec seulement 4 buts encaissés après 11 journées, juste devant le PSG et ses cinq buts pris cette saison.

Et avec seulement 4 buts concédés, Reims peut même se targuer d’être la meilleure défense parmi les cinq principaux championnats européens. A l’instar du PSG, l’Atlético Madrid et Wolfsburg, meilleures défenses de Liga et de Bundesliga, ont en effet encaissé 5 buts chacun tandis qu’en Serie A et en Premier League, les plus performants, à l’image de la Juventus, Leicester ou Liverpool, en sont déjà à 8 buts encaissés.

Seulement, le footballeur au parcours atypique, devenu pro à l’âge de 24 ans avec Arles-Avignon, après avoir passé un Master en Sciences de Gestion, n’a jamais joué pour le club phare de Montpellier : « à l’âge de quinze ans, j’ai fait un essai au MHSC qui n’a pas été concluant. Par rapport aux joueurs de ma génération, je n’avais peut-être pas le niveau à ce moment là. J’ai continué mon chemin. J’ai joué aux Arceaux, à l’ASPTT Montpellier et à Lattes. Et au final, ce n’est pas plus mal ».International marocain, Yunis Abdelhamid s’est récemment vu décerner le brassard de capitaine par son sélectionneur Vahid Halilhodžić : « Mon parcours m’aide beaucoup. Je sais que c’est une chance pour moi d’être devenu footballeur. Du coup, je profite, je profite et je me donne à fond. Et pour le moment, je suis récompensé. Cela me fait énormément plaisir ».