L’entraîneur du Raja Casablanca Juan Carlos Garrido a livré un entretien au média espagnol « Laverdad » dans lequel il évoque sa vie au Maroc, sa mission et les chances de la sélection au Mondial 2018. Entretien.

Quel regard portez-vous du Maroc ?
 
C'est un pays dont je ne connaissais pas grand chose, j’ai été agréablement surpris. Il y a une bonne qualité de vie et il est facile de s’y adapter. Il y a de très bons stades de football comme Casablanca, Rabat, Tanger ou Agadir. Le niveau du championnat est bon, il ya de bons joueurs et le public est passionné, surtout dans mon club, le Raja Casablanca. L’accueil et l’amour des fans a été fondamental dans la prolongation de mon contrat.
 
Est-ce que les gens pensent que le Maroc peut battre l'Espagne au Mondial ?
 
Les gens sont contents car ils se sont qualifiés au Mondial après 20 ans d’absence. Le Maroc bénéficie d'une bonne génération de joueurs. Tout le monde sait que c'est un groupe difficile, avec l'Espagne et le Portugal comme favoris, mais il y a de l'espoir et personne n'écarte la surprise.
S'ils passent ce groupe, le rêve est permis, car il sera difficile de trouver plus fort que l'Espagne ou le Portugal, ce dernier est l'un des favoris pour la Coupe du Monde parce qu'il a ainsi Cristiano Ronaldo et ils sont champions d'Europe.
 
Les voyez-vous capables d’atteindre les huitièmes, le record atteint par le Maroc à «Mexico 1986»?
Ils ont de bons joueurs, ils jouent la plupart du temps à un bon niveau en Europe. L'équipe marocaine est compétitive, solide et bien organisée. Ils ont éliminé la Côte d'Ivoire, le Gabon et le Mali sans concéder de buts et leurs attaquants sont d'un niveau suffisamment fort pour être respectés. La première étape pour gagner est de les respecter et je suis sûr que l'entraîneur et les joueurs espagnols sauront qu'ils devront faire un effort pour gagner.
Parlez-nous de vos chiffres, du style de jeu proposé par Hervé Renard, premier entraîneur à avoir remporté la Coupe d'Afrique avec deux pays différents. Mardi, il a plaisanté en regardant si l'Espagne jouait avec 12 ou 13 contre l'Argentine ...
Il vient de France, où il n'a pas eu de succès dans le championnat français. Mais il a été champion d'Afrique avec la Zambie et la Côte d'Ivoire, ce qui est difficile à répéter. Son grand succès est qu'il a su s'adapter aux joueurs et en tirer le meilleur, sans imposer un style défini.
Nous pouvons nous attendre à une équipe compétitive. Mehdi Benatia, anciennement au Bayern et maintenant à la Juventus, mène une défense agressive. Il a des attaquants comme Nordin Amrabat (Leganés) forts, grands et agressifs, ce qui complique beaucoup les affaires des défenseurs. Hakim Ziyech (Ajax) est celui qui a le plus de qualité et fait la différence. En général, ils ont une bonne qualité technique, ils essaient un jeu élaboré, quelque chose de similaire à l'équipe espagnole, mais la solidité repose sur une attitude agressive et solidaire.
 
Le Maroc est-elle la nation africaine la plus « européenne »?
 
 
En Afrique, il y a généralement du talent, mais les entraîneurs ont des difficultés à former une équipe en termes de lutte, de travail et qui ont tous le même objectif.
Les joueurs marocains, en général, sont plus proches d'une mentalité européenne que nous ne l'imaginons par l'attitude et la discipline. Il ne faut pas oublier que beaucoup de leurs internationaux ont été élevés en Europe et ont un long voyage dans les compétitions dans le vieux continent. Ils sont utilisés pour travailler au premier niveau. Ils ne manqueront pas le niveau compétitif d'une Coupe du Monde.
 
Comment avez-vous pu gagner la Coupe du trône alors que vos joueurs étaient en grève?
 
Le Raja est un club très représentatif, avec des millions de fans et avec une grande répercussion, comme Madrid ou le Barça. Il n'avait pas remporté de titres au cours des cinq dernières années, ce qui a généré beaucoup de pression et d'anxiété.
Je savais que cela existait, mais la pression m'a attiré. Je savais aussi qu'il y avait des problèmes économiques, mais je pensais qu’avec les victoires, la question d'argent serait résolue. La situation va de l'avant, bien qu'il y ait des retards dans les paiements. Je suis heureux parce que je suis le coach de la meilleure équipe du pays, il y a de bons stades, les terrains se remplissent et je lutte pour gagner le championnat. Ensuite, il y a des aspects organisationnels, disciplinaires ou économiques qui peuvent être améliorés.
 
Pouvez-vous être un peu plus précis?
 
Un entraîneur espagnol rencontre des joueurs presque éduqués en tant que professionnels parce que la formation des joueurs a été très bien faite durant de nombreuses années. Au Maroc, les joueurs viennent avec certains vices qu’il faut corriger: la nourriture, le repos, la ponctualité, la tactique ... Le joueur marocain est plus anarchique, il tend plus à l'individualité qu’a l'équipe.
 
La formation de l’Espagne est donc la clé de ses succès?
 
J'ai 48 ans et quand j'étais petit, la formation était un désastre. Mais quand j'ai commencé à m'entraîner, j'ai déjà remarqué un énorme changement. Dans d'autres pays, le football professionnel peut avoir autant ou plus d'argent qu'en Espagne, mais la formation ne fonctionne pas de la même manière. En Espagne, tout cadet a déjà les habitudes de professionnels. Et au Maroc, nous devons beaucoup nous battre pour atteindre cela.

Tweet LDA

  • Juve: L'intérêt pour De Ligt pourrait retarder un départ de Benatia
  • Fayçal Fajr : Dans notre situation, ce point va nous faire beaucoup de bien
  • Nezha Bidouane primée à Dubai du Prix de «la responsabilité sociale en sport»

Nous suivre sur twitter

Fanbox LDA

A propos de LDA

Lions de l'Atlas (أسود الأطلس) est un média d'information sportive au cœur des Lions de l'Atlas. Une référence du Mountakhab (المنتخب المغربي) de la Botola et du sport Marocain vus autrement avec une mise à jour quotidienne. Pour tout contact : cliquez ICI

Nous avons 1337 invités et aucun membre en ligne

Top
Patientez 5 secondes SVP