Juin 2011 , les sportifs istiqlaliens se sont joint au mouvement sportif marocain pour proposer la consécration constitutionnelle du droit au sport et l'obligation devant être faite aux pouvoirs publics de promouvoir la pratique sportive étant entendu que le sport est un secteur d'activité qui contribue largement au développement du citoyen.
Conscient que le sport joue un rôle dans l'édification d'une société démocratique et l'urgence de rattraper le retard et d'accompagner la dynamique sportive universelle , les istiqlaliens , ont saisi l’occasion pour s'associer à la dynamique de mise en œuvre de la loi suprême et à se sont 'investi dans l’un des projets cruciaux pour l'avenir d'un Maroc en mouvement et en harmonie avec les changements bénéfiques et profonds qu'il connaît .
Les Istiqlaliens sont convaincus que le sport est devenu de nos jours un phénomène social de 1èregrandeur.
D’abord en tant que levier incontournable du développement et un droit fondamental à l'instar des autres droits notamment l'éducation, travail et la santé, la pratique sportive au Maroc enregistre des insuffisances au niveau de l'intérêt qui doit lui être accordé de la part des budgets de l'Etat, des collectivités locales et des l'entreprise nationale.
 
Ensuite grâce à son impact économique en raison de la part qu’il occupe, dans le domaine de la création des emplois de la fabrication, la distribution, et l’exploitation des matériels sportifs ou grâce aux ressources qu’il procure par les jeux .Tous les médias réservent au Sport une place importante.
IL n’est donc pas étonnant que ce phénomène fasse l’objet de l’intérêt de l’Istiqlal, le Parti des Marocains , qui lui a consacré des journées d’études variées analysant toutes ses dimensions notamment celle constituée par les influences que le sport exerce sur le comportement social des marocains et l’absence de stratégie sportive nationale .
La nouvelle démarche visait l’implication dans la dynamique de l’échafaudage d’une nouvelle perspective susceptible de garantir à toutes les composantes de la société ces droits fondamentaux (économiques, sociaux et sportifs), à.
C’est pourquoi le Parti de l’Istiqlal avec , le collectif des fédérations s’était réjouit pour le fait que ses recommandations en été prises en ligne de compte dans les articles 12 , 26 , 31 et 33 du la Constitution 2011 qui ont inséré le principe du droit au sport et à l'éducation physique , à l'instar du Brésil, Hongrie, Roumanie, Espagne et Portugal...etc.
Pour l’Istiqlal, le sport, est donc un secteur pourvoyeur d'emploi et d’exploits. Il est également générateur de richesses avec des chantiers d'investissements lourds et des événements sportifs d’envergure.
c'est pourquoi l’Istiqlal entend redoubler ses efforts afin de permettre la vulgarisation des idéaux sportifs, l'élargissement de la base des pratiquants, la dotation des sportifs des droits sociaux ( retraite, assurance notamment ) et la mise en place d’infrastructures adéquates ..
Présentement , et grâce à la nouvelle Constitution , qui a reconnu les droits des sportifs , l’Istiqlal s’est attelé pour créer une mutuelle et une caisse de retraite pour les sportifs, et l'implication de ces derniers surtout des grands champions, qui ne doivent plus être cantonnés dans le rôle de symboles, dans la gestion de la chose sportive mais aussi de ramener les énergies et potentialités expatriées pour contribuer au développement de ce secteur ainsi que de l'adhésion de l'ensemble des acteurs et des disciplines dans cette démarche.
Dans un second stade il a clamé haut et fort qu’il devient plus nécessaire d’insérer les attentes des sportifs dans l'agenda des préoccupations du Conseil Economique et Social, où le secteur sportif n'est représenté comme la CGEM par exemple.
Les dimensions économique et sociale auxquelles aspirait le mouvement sportif, devaient normalement être prises en compte pour les sportifs marocains et par tous les décideurs.
Or des forces occultes font les mains et les pieds pour anéantir toute cette dynamique et ce rêve au moment où le terme n’est plus à l’attentisme car l’Etat Providence est révolu. Ce sont les marocains qui en ont décidé à travers le plébiscite de la nouvelle constitution. Le Maroc de demain repose sur une vision où l’élément humain est fondamental. Les régions doivent se prendre en charge et les institutions sont à leur service pour y parvenir. Et c’est pour cela que les secteurs jusque-là marginalisés, voire oubliés, devront recouvrir l’égard qui leur revient de facto et de droit.
L’exemple est celui du sport jusque-là mésestimé, car mis dans la case d’activité de loisir et de maintien de la forme. De là, il n’a jamais été considéré à sa juste valeur dans les plans de développement régional ou national. Mais le discours Royal du 9 mars 2011 allait ouvrir les portes pour le secteur afin de se positionner comme activité essentielle. Ce statut sera reconnu par la nouvelle Constitution qui considère l’activité physique comme étant un droit humain.
Mais cette reconnaissance, qui semble t- il n’a pas eu son droit , auprès de ceux qui s’acharnent contre les sportifs marocains , n’aurait été possible sans la mobilisation du mouvement sportif ( Fédérations , journalistes sportifs , Comité National Olympique National Marocain , ministère de la Jeunesse et des sports ....) qui ont agi auprès de la Commission Consultative désignée lors du discours royal fondateur du 9 mars 2011. Ces bonnes volontés sont des présidents acteurs sportifs, des cadres des secteurs public et privé et des représentants de la société civile. Une grande victoire pour le sport pour lequel la nouvelle Constitution a réservé des dispositions parmi les 180 qui la composent (articles 32, 31, 26 et 12)
Mais la constitutionnalisation ne saurait permettre au secteur du sport de jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu si les dispositions ne sont mises en pratique. Pour cela, le mouvement sportif se demande qui c’est qui a intérêt à ne pas reconnaître les bienfaits du sport et de l’exclure de la dynamique que connaît notre pays ?
Pourquoi ne voulons pas que le sport créerait ce lien social qui nous manque beaucoup ? Pourquoi nous nous acharnons à faire fi d'une structure de solidarité?
Ce lien qui est créé au sein des clubs, des associations ou des foules et au sein de la population ? Ce qui me gêne le plus, c'est que l’on veut utiliser le sport uniquement dans sa facette folklorique à l'heure même, où la société explose. C'est le sport-remède. On a toujours pensé que le sport allait soigner les maladies des temps modernes ... Aujourd'hui, comme la société part en morceaux, on doit faire du sport ce lieu d'intégration.
Bref l’Istiqlal et avec lui le mouvement sportif qui avait milité pour la constitutionnalisation du sport, a entamé une première consultation avec les fédérations sportives. Un collectif de présidents a tenu une réunion informelle , à Casablanca. L’ordre du jour arrêté ,comportait trois (3) points : d’abord, la représentativité du mouvement sportif dans les Conseil Economique et Social, le Conseil National des droits de l’Homme , la réclamation de l’augmentation du budget alloué par la loi de finances au secteur du sport, et ensuite la discussion des moyens susceptibles d’activer l’application des nouvelles dispositions réglementaires apportés par la nouvelle constitution. L’Istiqlal avait considéré que les 0,57% du budget de l’Etat alloué secteur au cours de l’année 2016 au sport devra être relevé à un taux à même de permettre à l’activité sportive d’atténuer le gap voire le combler. Ce ne sera possible si elle appréhendée comme un levier de développement de par son impact sur l’activité économique et sociale.
L’Istiqlal entend défendre la proposition d’un taux obligatoire de 5% à réserver au sport par les collectivités locales (Conseil de la Région, Conseils municipaux, Communes, Conseils provinciaux).
Il s’agit là d’un premier pas que l’Istiqlal considère comme urgent avant de réclamer la présence du mouvement sportif dans les différentes institutions représentatives comme le Conseil Economique et Social, le Conseil des Droits de l’Homme.
L’Istiqlal a d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme contre l’exclusion de ce mouvement des institutions consultative qui seront prochainement créées dans le cadre de l’article 13 de la constitution comme le Conseil Consultatif de l’Enfant et de la Famille ou encore le Conseil Consultatif des Jeunes et du Travail Associatif.
L’Istiqlal qui s’associe aux efforts se considère donc comme une force de proposition et reste conscient de l’importance cruciale de l’adhésion des autres partenaires pour faire aboutir la mise en pratique de ce droit, bénéficiaire pour tout un chacun et pour tous. Il y va de l’intérêt de la jeunesse marocaine et de ses perspectives d’avenir. (L'Opinion)

Réseaux LDA

Suivez-nous

Fans-LDA

Tweet LDA

  • أهداف مباراة الرجاء الرياضي 2-3 ايندهوفن الهولندي | بطولة الكأس الدولية 2017 | ضربة الجزاء الضائعة…
  • الجيش الملكي يستغنى عن لاعبين آخرين
  • CAN 2017 - Egypte vs Ouganda (Groupe D)

Nous suivre sur twitter

A propos de LDA

Lions de l'Atlas est un média d'information sportive au cœur des Lions de l'Atlas. Une référence du Mountakhab, de la Botola et du sport Marocain vus autrement avec une mise à jour quotidienne. Pour tout contact :
Mail : cliquez ICI
Tél : +32.494.16.51.36

Nous avons 1541 invités et aucun membre en ligne

Top