Depuis l'arrivée de Zaki à la tête de la sélection, on constate la présence permanente de quelques joueurs jusque-là loin de figurer parmi les 23 Lions de base de la sélection. On pense à la présence régulière de Da Costa et Lazaar mais aussi et surtout à celle de Jamal Ait Ben Idir, toujours là en bon réserviste pour des raisons sportives que le supporter est en droit de chercher à comprendre.
Ait-Ben-Idir  Jamal Ait Ben Idir, bon joueur dont la principale carrière a été forgée en Ligue 2 française avec quelques apparitions en Ligue 1. International Espoir Français dès l'age de 18 ans, Jamal ne se voyait pas Lion car il se nourrissait d'espoir de porter un jour le maillot des bleus. Rêve légitime et respectable comme celui d'Adil Rami ou de Younès Kaboul. Cependant...
Les saisons passent et la confirmation tarde à se concrétiser, commencent alors les années de doute en Ligue 2, voire de galère avec des périodes creuses sans contrat... Une carrière en dent de scie qui se termine tout doucement au Maroc pour Jamal qui trouve refuge au WAC avec lequel il a paraphé en juillet un bail pour 2 saisons.
 
Fidèle ami de l'entourage de l'ancien entraineur du WAC redevenu sélectionneur, Aït Ben Idir a longtemps fait l'impasse sur la sélection nationale Marocaine avant d'accepter à l'age de 31 ans l'invitation du revenant pour enfin se joindre à sa bande choyée des Lions. Depuis, à bientôt 32 ans et sans rien prouver de concret qui plaiderait en faveur de sa présence avec l'élite marocaine, le milieu de terrain, formé au Havre AC, est devenu malgré tout un élément important du groupe Zaki, à en croire sa présence constante en sélection depuis mai 2014.
Pourquoi ? Difficile de trouver autre argument tangible que son expérience en Ligue 2 française. Celle-ci pourrait se révéler utile sur le sol Africain, serons-nous tenter d'admettre pour nous éviter d'autres réponses loufoques. Malgré notre sympathie pour le joueur, il nous est difficile de rester objectif en avançant autre motif qui plaiderait en faveur de sa présence en sélection. Toute autre explication du staff sera sans refus, en effet !
 
Cette parenthèse critique du cas Jamal Aït Ben Idir est révélatrice de la subjectivité constante et de sa part d'arbitraire se dégageant de certains choix à priori secondaires. Elle confirme, si besoin, l'épineux problème de clientélisme que nous dénonçons depuis plusieurs années. C’est une pratique courante au sein des sélections nationales de Football, admettent plusieurs amis ancrés dans le milieu. Le plein pouvoir et la totale liberté donnés au sélectionneur, sont deux portes ouvertes à ce genre de pratiques, constatent-ils avec amertume. N'y a t-il pas là un sujet de débat à soulever pour apporter quelques idées de réforme histoire d'éradiquer ce véritable obstacle dressé devant d'autres joueurs méritant largement une sélection ?
 
12037986 974746482592780 6131804521381618401 n
EL-Hassouni, Nakhli (agent de Ziyech) et Zaki
 
On rappellera par soucis de précision qu’au lendemain de sa nomination au côté de Zaki, l’adjoint du sélectionneur national, Mustapha Hadji, nous promettait « discipline et neutralité » dans une interview exclusive accordée à notre site. On se souvient qu'il s’était également engagé à en finir avec les influences extérieures, maintes fois dénoncées par notre rédaction. Malheureusement, alors que le staff technique était en Europe pour son projet de convaincre des joueurs binationaux pas vraiment emballés par l’idée de porter le maillot national, une photo de Badou Zaki, en compagnie de Mustapha Hadji et d’un conseiller très connu pour son influence, circulait librement sur les réseaux sociaux soulevant l’indignation des supporters avisés, mécontents de voir cet instant volé qui contredit les paroles quoique sincères de Mustapha Hadji.
Rapidement, nous avons assisté à des sélections de complaisance durant la saison 2014-2015. En plus de la convocation de Manuel Da Costa et de Jamal Ait Ben Idir, le supporter a eu la surprise de constater la présélection courtoise de quelques joueurs comme Nabil Al-Zhar, Mehdi Taouil ou Karim Ait-Fana pour ne citer que ces 3. La vocation première d'une préselection est de signifier aux joueurs que le sélectionneur garde un oeil sur eux en vue d'une convocation, mais alors, pourquoi spécialement ces joueurs issus principalement des championnats Français et pas d'autres ? Pourtant, ill y en a autant dans les pays scandinaves, dans les pays du golfe et surtout au Maroc ou ils sont des dizaines à espérer une présélection dans la liste élargie des Lions de l'Atlas.

Tweet LDA

  • CHAN 2018 : Le processus d'accréditation des médias est ouvert
  • Quand Nawal El Moutawakil brûle la politesse aux footballeuses
  • Classement FIFA qui sera publié jeudi 23 novembre

Nous suivre sur twitter

A propos de LDA

Lions de l'Atlas est un média d'information sportive au cœur des Lions de l'Atlas. Une référence du Mountakhab, de la Botola et du sport Marocain vus autrement avec une mise à jour quotidienne. Pour tout contact :
E-mail : cliquez ICI

Nous avons 832 invités et aucun membre en ligne

Top
Patientez 5 secondes...